Dans une petite ville du nord-est de l'Italie, une femme musulmane d'origine albanaise a été condamnée à une amende de 30.000 euros pour avoir refusé de retirer son voile intégral.

30.000 euros. C'est la somme  que va devoir payer une jeune femme musulmane en Italie pour avoir refusé de retirer son voile intégral. L'affaire a été révélée par le quotidien régional Messaggero Veneto.

La femme âgée de 40 ans, portait un voile intégral à une réunion du parlement de la jeunesse dans la ville de San Vito al Tagliamento, une commune de la province italienne de Pordenone, dans le nord-est de l'Italie, le mois dernier.

Selon les informations relayées par le quotidien, elle a été invitée par le maire de la ville à enlever son voile afin d'être identifiée. C'est alors qu'elle a refusé.

Après que le maire de la commune, outré par ce comportement, a porté plainte, la femme, qui réside en Italie depuis 16 ans, a d'abord été condamné à quatre mois de prison et à une amende de 600 euros. Mais après appel de la décision, la haute cour de justice a été beaucoup moins clémente. En effet, l'amende a été multipliée... par 50 (!), passant de 600 à ... 30 000 euros.

En Italie, il n'existe pas de texte qui interdise le port du voile intégral dans les lieux publics. Mais sur la base de deux lois sur la sécurité publique, relatives à l'interdiction du port des masques et des casques, datant de 1931 et 1975, plusieurs élus municipaux ont adopté des arrêtés d'interdiction depuis le début des années 2000. 

La France et la Belgique sont pour l'instant les seuls pays à interdire le port du voile intégral dans l'espace public.

A lire:Le hijab interdit en Europe contre celui qui est obligatoire dans les pays musulmans