L'élection de Donald Trump à la Maison Blanche suscitait ce mercredi 9 novembre stupeur et inquiétude quant à ses répercussions mondiales. En Europe, beaucoup ont suivi la soirée électorale américaine, et la lente concrétisation d'une victoire du milliardaire républicain populiste. Pour beaucoup, l'arrivée au pouvoir de l'homme d'affaires sera un saut dans l'inconnu, mais l’Union européenne « va continuer à travailler » avec les Etats-Unis. Bruxelles a même invité Donald Trump à un sommet entre l'UE et les Etats-Unis « dès que cela lui conviendra ».

Si la stupeur est toujours de mise après la victoire inattendue de Donald Trump, l'Union européenne « va continuer à travailler » avec les Etats-Unis, a affirmé ce mercredi la chef de la diplomatie européenne Federica Mogherini. « Les liens UE-USA sont plus profonds que n'importe quel changement politique », a-t-elle ainsi tweeté.

Capture

Partagé entre « la surprise » et la « déception », le président du Parlement européen Martin Schulz a aussi appelé à travailler avec ce président élu démocratiquement : « Ce sera difficile, ce sera plus dur qu'avec les administrations précédentes, mais il est le président librement élu. On va travailler avec lui comme avec tous les autres présidents. C'est le respect entre toutes les démocraties. Il faut respecter le futur président des Etats-Unis. Espérons qu'il respecte aussi les règles fondamentales de notre communauté de nations souveraines, qui travaillent dans le cadre de la démocratie transnationale. J'espère qu'on va trouver un créneau pour coopérer. »

 
 

Indépendamment des valeurs véhiculées par le candidat républicain, désormais président, de ses excès de langage et de sa vulgarité, ses intentions en matière économique provoquent beaucoup de préoccupations en Europe, relate notre bureau de Bruxelles. Le programme économique de Donald Trump est particulièrement flou et les Européens ne savent pas exactement par quel bout le prendre, notamment pour déterminer quelle est la part de la substance véritable dans son discours et quelle est celle de la logorrhée électorale.

Le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, et le président du Conseil, Donald Tusk, ont donc invité Donald Trump à un sommet UE-USA « dès que cela lui conviendra », afin d'en savoir plus sur les intentions du nouveau président américain. « Il est plus important que jamais de renforcer les relations transatlantiques », ont-ils souligné.

A lire: "Après cette élection, tout est désormais possible. Un monde s'effondre devant nos yeux. Un vertige"