Des dizaines de milliers d'islamistes partisans d'une ligne dure défilaient vendredi dans les rues de Jakarta pour réclamer que le gouverneur chrétien d'origine chinoise de la capitale soit jugé pour blasphème, lors d'une manifestation sous haute tension dans la crainte de violences.

Une marée de manifestants portant des tenues islamiques blanches a afflué dans la plus grande mosquée de la ville pour la prière du vendredi avant de défiler dans le centre de la capitale, à l'appel du Front des défenseurs des Défenseurs de l'islam (FPI). Ce groupe islamiste radical compte de nombreux adeptes en Indonésie, pays musulman le plus peuplé au monde.

Les participants à ce rassemblement dirigé contre le gouverneur Basuki Tjahaja Purnama, surnommé Ahok, sont environ 50.000, a déclaré à l'AFP un porte-parole de la police, Boy Rafli, ajoutant que la manifestation se déroulait pour le moment dans le calme. Quelque 18.000 policiers et militaires ont été déployés à Jakarta pour faire face à tout risque de débordement, tandis que des appels à la vigilance ont été lancés par plusieurs ambassades dont celle de France.

photo_2016-11-05_15-03-15

Les manifestants accusent le gouverneur au franc parler de blasphème envers l'islam à la suite d'une déclaration faite fin septembre. Il avait indiqué que l'interprétation par certains oulémas (théologiens musulmans) d'un verset du coran selon lequel un musulman ne doit élire qu'un dirigeant musulman était erronée.

Face à l'ampleur prise par la polémique alimentée par des fondamentalistes musulmans, Ahok s'est excusé publiquement par la suite. Une précédente manifestation avait déjà rassemblé quelque 10.000 participants le 14 octobre à Jakarta.
La police a tiré des gaz lacrymogènes et fait usage de canons à eau pour disperser quelques milliers d'irréductibles dont certains ont mis le feu à deux véhicules de police dans la soirée, a constaté un journaliste de l'AFP.

Des scènes de chaos se sont déroulées près du palais présidentiel, à l'issue de la manifestation qui était pacifique et convoquée à l'appel du Front des défenseurs de l'islam (FPI). Ce dernier accuse le gouverneur de Jakarta, Basuki Tjahaja Purnama, un chrétien d'origine chinoise, d'avoir récemment insulté l'islam.

photo_2016-11-05_15-03-07

Le gouverneur, connu pour son franc-parler, est accusé de blasphème envers l'islam à la suite d'une déclaration faite fin septembre. Il avait indiqué que l'interprétation par certains oulémas (théologiens musulmans) d'un verset du coran selon lequel un musulman ne doit élire qu'un dirigeant musulman était erronée.

Face à l'ampleur prise par la polémique alimentée par des fondamentalistes musulmans, le gouverneur surnommé Ahok s'est excusé publiquement. Mais la colère de certains groupes radicaux comme le FPI - groupe islamiste radical qui compte de nombreux adeptes en Indonésie, pays musulman le plus peuplé au monde - n'est pas retombée. Une précédente manifestation avait déjà rassemblé quelque 10.000 participants le 14 octobre à Jakarta contre le gouverneur candidat à sa réélection en février.

A lire: Janet Jackson (la soeur de Michel Jackson) ,enceinte et en tenue islamique