Le candidat républicain à la présidentielle poursuit ses déclarations fracassantes. Cette fois, Donald Trump a déclaré que Bachar el-Assad était beaucoup plus intelligent que son adversaire Hillary Clinton et le président américain Barack Obama.

C'est l'une des surprises de ce troisième débat. Des sujets de fond se sont invités, mercredi soir, pendant l'échange entre les candidats républicain et démocrate à la présidentielle américaine. Chose rare désormais, pendant la première demi-heure, Hillary Clinton et Donald Trump ne se sont même pas lancé d'attaques personnelles... avant de se rattraper par la suite et pour "The Donald" de s'embourber en refusant de s'engager à accepter les résultats des élections.

Bachar al-Assad et la Syrie. Les candidats ont également causé politique étrangère. Et c'est le très sérieux cas de la Syrie qui a été mis sur la table laissant apparaître deux visions très opposées sur la politique à mener en la matière. Hillary Clinton a réaffirmé son souhait d'instaurer une zone d'exclusion aérienne pour protéger les civils en Syrie des bombardements du régime de Damas et de la Russie.

Donald Trump a déclaré que bien que le président syrien Bachar el-Assad soit un « mauvais gars », les représentants de l'opposition soutenus par les États-Unis pourraient être pires.

« Assad est un "mauvais gars". Elle (la candidate démocrate à la présidentielle américaine Hillary Clinton) va dire que je soutiens Bachar el-Assad, mais non. Merci Hillary, c'est toi qui as fait un travail magnifique en Syrie. Assad est bien plus fort et bien plus malin qu'Hillary Clinton et Barack Obama. Il y a deux ans il a obtenu le soutien de la Russie. Et maintenant la Russie et l'Iran, qui est de plus en plus fort, sont là (en Syrie) », a déclaré Donald Trump lors d'un débat télévisé avec Hillary Clinton.

« Nous armons les rebelles mais nous ne savons pas qui ils sont. Si elle n'avait rien fait la situation serait bien meilleure » a-t-il ajouté. 

Notre interview avec Sheikh Nami Farhat: 

«L’affrontement des civilisations» et «La Fin de l'Histoire», deux théories derrière le soutien du terrorisme