Le Hamas a regretté que Shimon Peres soit mort avant d'être traduit devant la justice internationale pour répondre de ses crimes.

En Cisjordanie comme dans la bande de Gaza, son nom n’est pas associé au processus de paix – aujourd’hui plus que jamais au point mort. Mais il est associé à la politique de colonisation menée par Israël.

Un porte-parole du mouvement Hamas a salué mercredi la mort de l'ancien président israélien Shimon Peres, tandis que l'Autorité palestinienne restait murée dans le silence.

Depuis la bande de Gaza, un porte-parole du Hamas a déclaré que "le peuple palestinien est heureux de la mort de ce criminel".

"Shimon Peres était l'un des derniers fondateurs israéliens de l'occupation, sa mort signe la fin d'une époque dans l'histoire de l'occupation israélienne",  a déclaré Sami Abou Zouhri à des journalistes.

"Il ne faut permettre à aucun des dirigeants sionistes d'échapper à la justice internationale", a de son côté affirmé Hazem Ghassem, porte-parole du Hamas, cité par Al-Alam. 

Notre interview avec Gilad Atzmon: 

Israël attribue le titre de «Daesh» à ses ennemis afin d'acheter la sympathie de l'Occident.