Mercredi, le Premier ministre irakien Haïder al-Abadi a déclaré que le gouvernement irakien avait demandé plus de troupes américaines aux postes de formateurs et de conseillers pour aider à libérer le dernier grand bastion de l'Etat Islamique (EI) à Mossoul.

La Maison-Blanche a affirmé, mercredi, qu'elle étudiait toutes les options sauf de « renvoyer des troupes américaines au combat » au sol. « Le gouvernement irakien a demandé de l'aide, c'est incontestablement une différence qu'il faut relever », a observé Jay Carney, porte-parole de l'exécutif. D'après les médias américains, Washington pourrait écarter l'idée de frappes aériennes « immédiates » avec des avions de combat, en raison notamment de la difficulté d'identifier les cibles sur le terrain.

Les insurgés de l'EIIL ont mené une attaque stratégique, mercredi, en ouvrant le feu sur la raffinerie de Baïji. Le secteur pétrolier avait jusque-là été épargné par le conflit — l'Irak est le deuxième plus gros pays exportateur au sein de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) —, mais l'usine présente de nombreux avantages : elle est la plus grande du pays et elle se trouve à 200 km au nord de Bagdad, sur la route entre Mossoul et Tikrit, tenues par les insurgés.

La raffinerie était encerclée depuis une semaine par les combattants de l'EIIL. Elle avait été fermée, lundi, après l'évacuation des employés étrangers, mais des Irakiens étaient restés sur place. Les combats se poursuivaient, mercredi après-midi, entre l'armée, appuyée par l'aviation, et les insurgés.

Environ 4.400 soldats américains se trouvent actuellement en Irak et ce nombre devrait augmenter avant les combats à Mossoul, qui se situe à environ 400 km de la capitale irakienne Bagdad.

Mossoul, la deuxième plus grande ville irakienne, est sous contrôle de l'EI depuis juin 2014, depuis que les forces du gouvernement irakien ont abandonné leurs armes et fui, permettant ainsi aux militants de l'EI de prendre le contrôle des régions nord et ouest de l'Irak.

A lire: Le think tank israélien: Ne détruisez pas le Daesh, c'est un outil utile