L'aviation israélienne a frappé samedi deux sites du mouvement islamiste palestinien Hamas dans la bande de Gaza, en riposte à un tir de roquette contre le territoire israélien. La tension ne cesse de monter au quatrième jour de violences.

Les trois sites frappés sont situés dans l'est, le nord et le nord-ouest de l'enclave côtière, et l'un d'eux est le site d'entraînement des Brigades Qassam, la branche armée du mouvement de résistance islamique Hamas, à l'est de la ville de Gaza, ont indiqué à Xinhua des sources locales.

"Nous n'appelons pas à une nouvelle guerre"

La tension ne cesse de monter entre l'État hébreu et les mouvements palestiniens de la bande de Gaza, au quatrième jour de violences. Il s'agit de la plus sérieuse confrontation entre le mouvement palestinien Hamas et l'armée israélienne depuis 2014 et l'instauration d'un fragile cessez-le-feu après cinquante jours d'une guerre dévastatrice dans la bande de Gaza.

Aucun groupe n'a revendiqué le tir de roquette samedi, mais un porte-parole de l'armée a indiqué que le Hamas, qui contrôle la bande de Gaza, "doit en être tenu responsable". Depuis mercredi, les soldats israéliens ont été la cible de douze séries de tirs au mortier le long de la barrière de sécurité qui enferme hermétiquement la bande de Gaza, et au pied de laquelle ils traquent les tunnels pouvant servir à des combattants palestiniens pour s'infiltrer en Israël.

Lisez notre interview avec Gilad Atzmon: 

Israël attribue le titre de «Daesh» à ses ennemis afin d'acheter la sympathie de l'Occident