A l'issue d'une réunion du groupe de travail sur l'accès humanitaire en Syrie à Genève, le Secrétaire général adjoint des Nations Unies aux affaires humanitaires, Stephen O'Brien, a déclaré vendredi que les besoins de la population syrienne avaient augmenté au cours des dernières semaines, rendant d'autant plus urgent un accès pour lui apporter de l'aide.

« Les besoins de la population en Syrie (…) sont devenus encore plus aigus (…) au cours des trois dernières semaines », a dit M. O'Brien, lors d'un point de presse, rappelant la nécessité d'avoir « un accès humanitaire total » auprès des Syriens dans le besoin.

Selon lui, l'ONU est prête à fournir cette assistance dès qu'on lui en donnera le feu vert. « Des plans détaillés sont en place », a-t-il dit, ajoutant que la fête religieuse de l'Aïd El-Adha lundi n'allait pas affecter cet état de préparation.

Le chef de l'humanitaire de l'ONU a souligné que la situation actuelle dans l'est d'Alep restait très grave, « au point d'être de facto une situation de siège ». Il a de nouveau réclamé une trêve humanitaire de 48 heures chaque semaine pour apporter une assistance humanitaire.

De son côté, l'Envoyé spécial de l'ONU pour la Syrie, Staffan de Mistura, a noté que les chefs de la diplomatie américain et russe, John Kerry et Sergueï Lavrov, étaient réunis ce vendredi à Genève pour discuter des efforts pour arriver à un accord politique destiné à mettre fin au conflit en Syrie.

« L'ONU est activement impliquée dans le soutien à ces discussions », a dit M. de Mistura, qui a souhaité qu'elles aboutissent à une relance de la cessation des hostilités.

A lire: Le think tank israélien: Ne détruisez pas le Daesh, c'est un outil utile