La construction d'un édifice de 4 mètres de haut, entièrement financé par le gouvernement britannique, vise à empêcher les migrants d'accéder à la RN216 et à sécuriser les automobilistes.

Déjà surnommé « la grande muraille de Calais » par certains médias, ce mur haut de quatre mètres sera érigé le long de la rocade portuaire sur un kilomètre. Présenté comme une construction anti-bruit et anti-intrusion, il sera construit en béton lisse pour décourager les tentatives d'escalade et recouvert d'un côté de végétation pour tenter de se fondre dans le décor. Un système anti-franchissement a également été prévu, ainsi que des caméras de surveillance et des éclairages permettant de visualiser clairement les abords du mur la nuit.

D'un coût de 3,2 millions d'euros, selon nos informations, ce projet est entièrement financé par l'État britannique. Il est né dans le cadre des comités franco-britanniques qui, depuis plusieurs mois, travaillent au renforcement de la sécurisation du port et d'Eurotunnel, points de passage vers la Grande-Bretagne. Ce sont déjà les Anglais qui, dans le cadre du plan Cazeneuve, avaient financé les clôtures installées en 2015 le long de la rocade portuaire, pour un coût de 15 millions d'euros (comprenant d'autres travaux de sécurisation comme la mise en eau des terrains entourant Eurotunnel), et celles édifiées dans leur prolongement en juin 2016 pour 770 000 euros.

A lire: Burkini: 40% des acheteuses ne sont pas musulmanes