Au cours des huit dernières années, Aheda Zanetti a vendu 700.000 maillots de bain pour les clients du monde entier. Ses créations, ce qui coûte de 80 $ à 200 $, sont recherchés de la Norvège à Israël et sont faites chacunes en Villawood, à l'ouest de Sydney.

Zanetti est l'inventeur australien de la burkini et les maillots de bain qu'elle vend sous le label Ahiida couvrent le corps entier à capuchon.

Mais ce qui est particulièrement intéressant à propos de Ahiida, qui se voit maintenant dans l'interdiction en France sur la base des lois de la laïcité, est que 45 pour cent de ses clients sont non-musulmans.

Elle dit qu'elle reçoit des messages des clients de toutes les religions et origines. Un, à partir d'un non-musulman à Warwick, Queensland vendredi matin a dit: «Il est juste un maillot de bain pour l'amour du ciel." Un autre, d'un client aux États-Unis: ". Je suis une femme sud de la Californie non-musulman, je suis un survivant du cancer de la peau, ce qui signifie que je ne peux pas sortir au soleil [dans un maillot de bain régulière]."

"Nous recevons tellement de courriels de gens qui demandent la communauté islamique serait offensé si j'achète un maillot de bain burkini?», Dit Zanetti.

__781739-01-08-1471591239_82

Et des nouvelles de ces dernières interdictions en France a seulement augmenté les ventes, dit-elle, forçant Ahiida changer les entreprises de messagerie pour permettre une livraison plus rapide en Europe.

Le processus de lancement du burkini a, lui aussi, suscité quelques éruptions de rejet. "Nous avons reçu quelques emails de la part de gens affirmant vouloir tuer tous les musulmans et disant détester tout ce en quoi nous croyons". Mais la créatrice aborde cette question avec philosophie : "Je ne prends pas ces menaces comme des menaces personnelles. Je préfère que ces gens-là m’envoient ces emails à moi plutôt que de causer des troubles ailleurs".

A lire: Les propos du président national de l’UOIF: Burkini: «Cette tenue ne fait pas partie du culte musulman»