La chancelière Angela Merkel a déclaré mercredi que les réfugiés n'avaient pas apporté le terrorisme en Allemagne, ajoutant que l'islam appartient au pays aussi longtemps qu'il est pratiqué d'une manière respecteuse de la Constitution.

Plus d'un million de personnes fuyant la guerre et la pauvreté dans le Moyen-Orient, en Afrique et ailleurs sont arrivés en Allemagne l'année dernière. L'humeur envers eux a envenimé après une série d'attaques contre des civils le mois dernier, dont trois effectuées par les migrants.

Deux de ces attaques ont été revendiquées par le groupe terroriste État islamique.

« Le phénomène du terrorisme islamiste, Daesh, n’est pas un phénomène qui nous est venu avec les réfugiés», a déclaré Mme Merkel lors d'un événement de campagne électorale pour ses démocrates-chrétiens dans l'Etat oriental de Mecklenburg-Vorpommern.

«Ce groupe nous a inquiété depuis plusieurs années," dit-elle à l'événement à Neustrelitz, une ville 100 km (60 miles) au nord de Berlin.

La popularité de Merkel a souffert dans le sillage des attaques et 52 pour cent des Allemands pense que sa politique en faveur des migrants est mauvaise, un sondage publié la semaine dernière l’a montré.

A lire:Les médias ont besoin de l'islamophobie pour prospérer