Plusieurs semaines après que le gouvernement américain a finalement publié une version expurgée des fameuses « 28 pages » secrètes, qui ont confirmé le rôle clé de l’Arabie saoudite derrière l’attaque du 11 septembre 2001, et même si l’administration Obama et l’Arabie saoudite ont prétendu qu’un tel lien n’existe pas (alors que c’est clair pour tous ceux qui ont effectivement lu ces 28 pages), une piste vient d’apparaître reliant la récente flambée d’attentats terroristes meurtriers en Allemagne à l’Arabie saoudite.

Selon Der Spiegel, le terroriste de l’attaque à la hache du train de Wurtzbourg et le kamikaze qui a fait sauter un sac à dos rempli d’explosifs à Ansbach, ont eu de multiples contacts par messagerie avec des personnes localisées en Arabie saoudite.

En conséquence, ajoute Reuters, les autorités saoudiennes sont maintenant en contact avec leurs collègues allemands, en réponse à ces nouvelles conclusions potentiellement explosives. Qui, une fois encore, suggèrent un terrorisme parrainé par l’État saoudien et montrent qu’au moins deux assaillants étaient en contact étroit via une conversation par messagerie avec des soutiens présumés dans l’État islamique d’Arabie saoudite.

Selon un premier rapport, des traces de discussions que les enquêteurs ont été en mesure de reconstruire indiquent que les deux hommes étaient non seulement influencés par des personnes non identifiées encore, mais qu’ils ont également pris des instructions auprès d’elles, jusqu’au moment des attaques.

Il n’est pas vraiment surprenant que l’État supposé avoir facilité et coordonné l’attaque terroriste du 11 septembre, et qui a admis avoir créé État islamique (avec l’accord des États-Unis), soit maintenant en train d’essayer de provoquer des actes terroristes en Europe aussi.

A lire:Un islamologue aux hadjis algériens : «Méfiez-vous des prédicateurs saoudiens !»