Au moins 10 enfants ont été tués et 21 blessés dans le nord du Yémen, samedi, selon le groupe Médecins Sans Frontières, par un raid aérien sur une école que le groupe Houthi, dominant du pays, l’a reconnu « un raid aérien saoudien ».

La tragédie a eu lieu alors que le Parlement du Yémen s’est réuni pour la première fois après près de deux ans, en faveur du soutien du mouvement Houthi et en défiant le gouvernement en exil, soutenu par l’Arabie Saoudite.

Le porte-parole de la coalition dirigée par l'Arabie n'a fait aucun commentaire sur l'attaque. L'Arabie Saoudite et ses alliés ont lancé des milliers de frappes aériennes contre les Houthis car « ils ont amené le gouvernement internationalement reconnu à exiler en Mars à 2015. »

"@MSF a reçu aujourd'hui 21 blessés et 10 décès dans Hayden #Saada. Tous étaient âgés de moins de 15 ans," le groupe d'aide médicale a déclaré sur son compte Twitter officiel.

Mohammed Abdul-Salam, un haut fonctionnaire du mouvement Houthi dont la base principale se trouve à Saada, a blâmé l'attaque de la coalition militaire dirigée par l’arabie Saoudite qui a été en guerre avec le groupe depuis plus d'un an.

Au moins 6.400 personnes ont été tuées dans le conflit, environ la moitié des civils.

A lire: Les États-Unis et d'autres puissances occidentales ont réussi à bloquer tous les efforts sérieux pour condamner Israël