Quelques jours après l’attentat de Saint-Etienne-du-Rouvray dans lequel le prêtre Jacques Hamel âgé de 86 ans a été égorgé dans son église, le journal Marianne révèle que les renseignements marocains ont alerté leur homologues français quatre jours avant l’attentat.

En effet, ce jeudi, le journal Marianne publie un article stipulant que le 22 juillet précédent l’attaque dans l’église, les services de renseignements marocains ont alerté la France d’une menace imminente avec comme preuve une photo d’ Abdel Malik Petit Jean, le deuxième jeune homme auteur de l’attaque.

Il apparaitrait que les services de renseignements marocains avaient connaissance du retour d’Abdel Malik Petit Jean en France, après avoir tenté de rejoindre la Syrie via la Turquie.

Fait presque invraisemblable : le jeune homme de 19 ans fiché S a regagné l’Hexagone sans que l’Etat français ne le sache alors que le Maroc avait les informations qui auraient permis de sauver des vies.

Sur la note diffusée à tous les services de police par l’Unité de coordination de la lutte antiterroriste, on peut lire :

«  L’individu dont la photographie figure ci-dessous serait prêt à participer à un attentat sur le territoire national. Il serait déjà présent en France et pourrait agir seul ou avec d’autres individus. La date, la cible et le modus operandi sont pour l’heure inconnus. Des investigations sont en cours en vue de l’identifier et de le localiser…  ».

Malgré la mobilisation totale des services anti-terroristes français, ils n’ont pas pu empêcher les deux individus de pénétrer dans l’église.

Ce n’est pas la première fois que le Maroc apporte son aide à la France puisque les renseignements marocains avaient collaboré avec leurs homologues lors de l’opération menée à Saint-Denis après les attentats de Paris.

Plus récemment, le Maroc a apporté son aide sécuritaire à la France au cours de l’EURO 2016.