PAR YABILADI Les différents attentats survenus en France et en Belgique depuis l’année dernière ont conduit à une plus grande stigmatisation des musulmans dans ces pays, mais pas seulement. Une nouvelle étude révèle qu’à travers l’Europe, les sentiments antimusulmans augmentent, même dans les pays dits tolérants.

Les Européens sont de plus en plus hostiles aux personnes de confession musulmane, indique une étude publiée hier par le centre de recherche américain Pew Research Center.

L’enquête - menée dans 10 pays représentant 80 % de la population de l'Union européenne et 82 % du PIB de l'UE - montre que plus de 70 % des personnes interrogées estiment que le multiculturalisme a négativement impacté leur pays. Dans huit des 10 pays étudiés, plus de 50 % des personnes sondées estiment que l’arrivée des réfugiés a augmenté le risque de terrorisme dans leur pays. Leur crainte serait renforcée par le fait que la majorité des réfugiés accueillis à travers l’Europe actuellement sont de confession musulmane, souligne le rapport.

« Soupçons persistants »

L’enquête de Pew Research Center fait état de « soupçons persistants » parmi les Européens non-musulmans sur une partie de la communauté musulmane de l’UE qui selon eux « éprouvent de la sympathie » pour les groupes terroristes comme Daesh.

Avec 72 % d'avis défavorables à l'égard des musulmans, la Hongrie, l'Italie (69 %), la Pologne (66 %) et la Grèce (65 %) sont certes les pays les plus anti-musulmans de l’UE. Or, même dans les pays dits tolérants tels que l’Allemagne, les Pays-Bas, le Royaume-Uni et la Suède, moins de la moitié des personnes interrogées estiment que « très peu » de musulmans soutiennent l’idéologie de Daesh, la majorité affirmant qu'au moins « certains » musulmans sympathisent avec l'organisation terroriste. En France, 29 % des personnes sondées se montrent clairement anti-musulmanes. Dans tous ces pays, les attentats survenus à Paris (7 janvier et 13 novembre 2015) et à Bruxelles (22 mars 2016) sont le principal moteur de cette hausse de l’aversion à l'égard des personnes de confessions musulmanes. « Les attitudes envers les musulmans et les réfugiés occupent une place importante dans le débat politique européen, et cela se reflète dans l'opinion publique actuelle », commentent les auteurs du rapport. 

Cette étude vient confirmer la montée de l'islamophobie un peu partout en Europe recensée après les attentats qui ont touché la France et la Belgique. Les ONG musulmanes n'ont de cesse de demander d'éviter l'amalgame. Et même si certains pouvoirs publics adoptent souvent le même langage, dans les faits, les dérives sont parfois importantes.