Par Saphirnews L'attaque au camion perpétrée à Nice la nuit du 14-Juillet, le pire drame de l'histoire de la ville, a visé des milliers de personnes sans discrimination. Pour Saphirnews, Boubekeur Bekri, vice-président du CRCM PACA et recteur de la mosquée Al Forqane à Nice, fait le point sur la situation à laquelle il doit faire face et qui a plongé la ville entière dans l'horreur.

le conducteur du poids-lourd n’a fait aucun tri lorsqu’il a foncé dans la foule rassemblée par milliers sur la Promenade des Anglais pour assister aux feux d’artifice du 14-Juillet. Ce moment festif s’est achevé sur un carnage qui a fait au moins 84 morts de tous âges, de toutes origines et de toutes confessions. 

Au moins « une dizaine de familles musulmanes sont endeuillées » par la mort d’un proche, . Dans ce triste bilan, confie-t-il la voix fébrile, une femme a perdu son mari, sa sœur et son enfant, fauchés par le camion fou… La première victime de l'attaque serait par ailleurs musulmane : une mère de sept enfants qui « portait le voile, pratiquait un islam du juste milieu. Un vrai islam », a témoigné auprès de L'Express son fils. 

Au lendemain de l'attaque, il s’attend à prendre connaissance de davantage de familles musulmanes touchées par le drame à l’heure du grand rassemblement hebdomadaire de la prière du vendredi. « Dès qu’on a appris la nouvelle vers minuit, une délégation d’imams s’est rendue au Centre universitaire méditerranéen (CUM, où sont installés le QG de crise et une cellule psychologique, ndlr) pour réconforter les familles qui ont frappées par cette tragédie. Nous nous sommes rendus disponibles aux autorités », nous fait-il part.

Des prières de l’absent organisées

, il a d’ores et déjà été décidé que « les prêches du vendredi soient dédiés à cette catastrophe, suivies de la prière de l’absent » en faveur de toutes les victimes de l'attaque. 

« Nous avons aussi décidé de lancer pendant la prière du vendredi un appel à se rassembler demain matin (samedi) devant l’Etablissement français du sang (EFS) pour faire le don du sang », déclare le recteur, qui prévoit « un contrôle de sécurité plus important » aux abords des mosquées de la région. 

A l'heure où fleurissent, comme à chaque attentat, des messages de haine à l'encontre des musulmans sur la Toile, « il faut faire preuve de solidarité nationale parce que nous en avons tous besoin, musulmans ou pas, dans ces moments tragiques qui peuvent être malencontreusement exploités », lance-t-il. 

*Le RIAM, qui rassemble le CRCM PACA et l’Union des Alpes-Maritimes (UMAM), a été constitué dans l'objectif de coordonner les activités des imams de la région et de construire un discours unifié sur les grands défis qui traversent la société et les musulmans.