Un haut responsable iranien a déclaré que le programme de missiles de la République islamique servait les intérêts nationaux du pays et ne serait pas abandonné.

Parlant aux journalistes la veille du premier anniversaire annuel de la signature d'un accord nucléaire entre l'Iran et six autres pays, Hamid Ba'eedinejad, un haut fonctionnaire du ministère iranien des Affaires étrangères et négociateur lors des négociations qui ont mené à l'accord, a déclaré mercredi que le programme de missiles de l'Iran était définie en termes complètement défensives.

Répondant à une question à propos de l'opposition récente par certaines parties occidentales au programme de missile iranien, Ba'eedinejad a dit: «Nous ne pouvons pas définir les intérêts nationaux du pays en fonction des points de vue des autres."

"Les adversaires étrangers du programme de missiles de l'Iran ne devraient pas attendre l'Iran d'arrêter ses intérêts défensifs et de sécurité. Le programme de missiles de l'Iran n'a pas de menace contre les «pays de la région et d'autres, at-il dit.

L'Organisation des Nations Unies (ONU) du secrétaire général Ban Ki-moon, a rédigé un rapport sur une résolution du Conseil de sécurité de l'ONU a approuvé l'accord, connu sous le nom du Plan conjoint d'action global (JCPOA), affirmant que les activités de missiles de l'Iran sont en violation de «l'esprit constructif» de l'accord et la résolution.

Dans son allocution mercredi, Ba'eedinejad dit le projet de rapport sur la Résolution 2231 est «très déséquilibrée», exprimant l'espoir que la version du rapport qui doit être publié officiellement sera "équilibrée et globale."

Selon l'accord, l'Iran a accepté de limiter son programme nucléaire et de fournir un meilleur accès aux moniteurs atomiques internationaux en échange de la cessation de toutes les sanctions liées au nucléaire imposées par les États-Unis, les Nations Unies (ONU) et l'Union européenne (UE) contre le pays.

 

Lire aussi : Des missiles à washington?