La Corée du Nord a effectué un nouveau test de missile. C'est ce qu'annonce le ministère sud-coréen de la Défense. Le tir d'essai de ce qui semble être un missile balistique a été effectué ce samedi par sous-marin (SLBM) au large de sa côte orientale. Le missile, a expliqué l'agence de presse sud-coréenne Yonhap, lancé depuis un sous-marin de 2 000 tonnes de classe Sinpo, a atteint une altitude de 10 000 m avant d'exploser en plein vol.

«Nous condamnons fermement de telles provocations», a lancé le ministère sud-coréen de la Défense. Le Premier ministre japonais, Shinzo Abe, a toutefois affirmé que ce tir ne représentait pas une menace immédiate. «Ce tir de missile ne constitue en rien une menace qui affecterait la sécurité nationale du Japon. Nous devons travailler avec la communauté internationale et condamner la Corée du Nord», a-t-il déclaré sur la chaîne publique NHK. Aux Etats-Unis, un porte-parole du ministère de la Défense a déclaré que «nous condamnons fermement cet essai ainsi que tous ceux récemment effectués par la Corée du Nord en violation des résolutions du Conseil de sécurité de l'Onu», l'Organisation des Nations unies. 

Un bouclier antimissile

La Corée du Nord a déjà testé un SLBM le 23 avril. Ce tir a été salué par le numéro un nord-coréen, Kim Jong-Un, qui l'a qualifié de «succès révélateur», affirmant que Pyongyang, la capitale nord-coréenne, a désormais la capacité de frapper Séoul, la capitale sud-coréenne, et les Etats-Unis quand il le désire. La tension monte depuis que Pyongyang a effectué, en janvier, son quatrième essai nucléaire, suivi par une série de tirs de missiles qui, selon les analystes, montrent que la Corée du Nord progresse vers la capacité de frapper les Etats-Unis sur le continent américain.

Le lancement de ce samedi intervient le lendemain de l'annonce par Washington et Séoul du déploiement en Corée du Sud de l'un des systèmes de défense antimissile les plus perfectionnés du monde, le système THAAD (Terminal High Altitude Area Defence). Le plan de déploiement du système THAAD en Corée du Sud a suscité la colère de la Chine et de la Russie, qui considèrent qu'il s'agit d'une dangereuse gesticulation militaire des Etats-Unis dans la région.

Ce déploiement a été annoncé après que les Etats-Unis ont placé pour la première fois, mercredi, Kim Jong-Un sur leur liste noire des sanctions, l'accusant d'être directement responsable de nombreuses violations des droits de l'homme. Pyongyang a répliqué en avertissant Washington que la Corée du Nord couperait tous les canaux diplomatiques avec les Etats-Unis si ces sanctions ne sont pas levées. Le ministère nord-coréen des Affaires étrangères a déclaré que les sanctions de Washington contre Kim Jong-Un manifestent «la pire hostilité» et équivalent à une «déclaration ouverte de guerre». Le ministère a aussi assuré qu'il prendrait «les contre-mesures les plus dures» et que les relations avec les Etas-Unis seront désormais traitées selon «le droit du temps de guerre».