"La politique de l'Iran consiste à assurer la sécurité et à influer sur la région", a déclaré M. Larijani, le président du Parlement iranien."

Dans un entretien exclusif, mardi soir, avec la télévision d’Etat, Ali Larijani a déclaré que la région se trouvait face à la progression rampante du terrorisme et qu’il fallait adopter une attitude appropriée face au phénomène.

S’attardant sur la nécessité de la poursuite du soutien à la Résistance, il a ajouté :

« Le Hezbollah est un capital pour la région. Même sans nous, la Résistance poursuivra son mouvement. Pour l’Iran, cela s’avère bénéfique pour l’avenir de l’Humanité et on ne peut priver la région d’un tel capital. »

Au sujet de l’accord nucléaire Iran/5+1, le président de l’Assemblée islamique d’Iran a souligné que les tergiversations de la partie opposée "ne nous découragent pas. Au contraire, elles nous poussent à poursuivre les négociations avec plus d'obligeance".

Pour M. Larijani, l’économie de la résistance nécessite un esprit révolutionnaire. Le quartier général de l’économie de la résistance a été créé dans le but d’infuser le mouvement dans divers secteurs du pays.

La production culturelle est un impératif, a-t-il souligné, à condition qu'elle n'aille pas à l'encontre des valeurs de la société :

« Il est impossible de priver la société de la culture des nouveaux médias, mais leur emploi doit être conforme aux normes et aux règles de la société.»