BEYROUTH | Le Hezbollah libanais a annoncé vendredi que l'un de ses commandants, Moustafa Badreddine, avait été tué en Syrie, ce qui fait perdre au groupe l'un de ses plus importants leaders depuis la mort de son chef militaire en 2008.

«Il avait participé à la plupart des opérations de la résistance islamique depuis 1982», annonce le parti chiite dans un communiqué, en référence à sa date de création en 1982.

Le Hezbollah précise que les informations initiales indiquent que Badreddine aurait été tué dans une importante explosion dans une des bases du groupe près de l'aéroport de Damas. Le Parti de Dieu dit enquêter sur l'origine de l'explosion, qui pourrait être une frappe aérienne, un missile ou un tir d'artillerie.

Dans son communiqué, le Hezbollah ne précise pas quand Moustafa Badreddine est mort, mais dit qu'il rentrera de Syrie victorieux ou «en martyr».

La chaîne de télévision libanaise al Mayadine avait auparavant déclaré que Badreddine avait été tué en Syrie par des frappes aériennes israéliennes.