Le célèbre blogueur saoudien, surnommé Mujtahid, a révélé qu’un grand nombre de militaires et d’officiers de haut rang saoudiens avaient été emprisonnés par les forces yéménite d’Ansarallah, dans le village frontalier d’Al - Raboua, en Arabie saoudite.

Un tweet du célèbre bloqueur saoudien, Mujtahid, révèle que les forces yéménites d’Ansarallah ont réussi à capturer nombre de soldats et d’officiers de l’armée saoudienne dont le colonel Fahd Al - Qahtani, dans le village frontalier d’Al - Raboua, en Arabie saoudite.

Cet événement a eu lieu à l’issue de la violation, à plusieurs reprises, du cessez - le - feu par les forces d’agression saoudiennes.

Il a également fait part de la défaite de l’armée saoudienne face aux militaires de l’armée régulière du Yémen et forces des comités populaires, dans la localité d’Al - Raboua.

Les sources yéménites et saoudiennes avaient déjà confirmé la violation totale du cessez - le - feu suite au bombardement des villes yéménites par les avions de chasse de l’aviation saoudienne.

L’offensive militaire d’envergure que mène la Coalition arabe, dirigée par l’Arabie saoudite, contre la population yéménite a laissé, jusqu’ici, plus de 7.000 morts chez les civils dont les femmes et les enfants.

En revanche, les militaires de l’armée et les forces d’Ansarallah ont, de leur côté, infligé des coups durs aux agresseurs saoudiens.

Les ONG Human Rights Watch(HRW) et Amnesty ont estimé insuffisante la formation d’une commission d’enquête par la coalition sur les accusations de crimes de guerre au Yémen. Les deux ONG ont invoqué la nécessité de mettre en place une enquête indépendante pour crimes de guerre, évoquant les frappes visant les cliniques des Médecins sans Frontières dans différentes régions du Yémen.

Depuis le 26 mars 2015, la coalition arabe notamment le régime saoudien ne cessent de bombarder les différentes régions du Yémen et de les prendre pour cible sous prétexte de restituer le président en fuite, Abd Rabbo Mansour Hadi.

21 millions de Yéménites, soit 80% de la population, ont pour l’heure besoin d’aides humanitaires urgentes, selon les chiffres onusiens.