La radio du régime sioniste a annoncé qu’Israël avait rejeté la demande de Fernando Gentilini, envoyé de l’UE, pour le Moyen - Orient, de rencontrer les responsables de régime.

***

En réaction au boycott, par l’UE, d’Israël, Benyamin Netanyahu, le Premier ministre du régime sioniste, n’a pas accepté de rencontrer M. Fernando Gentilini, le représentant spécial de l ' Union européenne, pour le processus de paix, au Proche - Orient, et demandé la levée du boycott.

La réaction du Premier ministre israélien s’explique par le boycott et l’étiquetage des produits d’exportation des colonies sionistes.

Pour empêcher l’exportation de produits israéliens, en Europe, l’UE a décidé, en novembre de l’année dernière, l ' étiquetage des marchandises produites par les colonies israéliennes.

Bien que les relations entre Israël et l’UE ne soient pas, encore, rompues, cependant, la tension entre les deux parties met, clairement, en exergue leur obstination, sur leurs prises de position respectives.

En raison de la poursuite de sa colonisation, dans les territoires occupés, le régime sioniste fait l’objet, depuis janvier 2014, des sanctions de l’UE.

28 pays européens ont participé à ces sanctions, comprenant le boycott du commerce avec le régime sioniste, ainsi qu’avec ses compagnies.

Selon cette décision, quiconque entretient des relations économiques fera l’objet de sanctions, de la part de l’UE.

De même, pour identifier les marchandises israéliennes, l’Europe a pris, en outre, des mesures de contrôle, afin d’empêcher l’exportation des produits agricoles des colonies sionistes vers l’Europe.

En sanctionnant et en lançant des mises en garde, les pays européens ont tenté d’empêcher le régime sioniste de poursuivre sa colonisation, en Cisjordanie et à Qods.

Mais l’acharnement du cabinet de Netanyahu, sur la colonisation des territoires occupés et la mise en errance du peuple palestinien, a conduit l’Europe, malgré ses bonnes relations diplomatiques avec le régime sioniste, à boycotter ses produits.

Les sanctions de l’UE ont, non seulement, causé à ce régime une récession économique, un déficit budgétaire et des difficultés internes, mais encore, la tension dans ses relations avec l’UE lui a coûté très cher, sur la scène internationale.

Depuis l’occupation, en 1967, des territoires palestiniens, plus de 100 colonies sionistes ont été construites, en Cisjordanie, 40, à Qods, et 11 autres, à Gaza.

Avant son retrait de Gaza, l’armée israélienne a évacué, en 2005, les cités, mais les colonies, en Cisjordanie et à Qods, sont, toujours, maintenues, et continuent de s’élargir.

En réaction à la protestation et au boycott de l’UE, le gouvernement de Benyamin Netanyahu n’a pas mis fin à la colonisation, mais, en refusant de rencontrer Fernando Gentilini, le représentant spécial de l ' Union européenne, pour le processus de paix, au Proche - Orient, il a donné une réponse négative à cette Union.