Par Abdel B. Attwan

" La politique " Quiconque n ' est avec nous, est contre nous " s ' entend cette fois de la bouche des dirigeants de Riyad comme si George Bush et son équipe auraient trouvé une seconde vie politique, pas à Washington mais à Riyad ".

***

le célèbre éditorialiste d ' Al Youm, Abdel Bari Attwan se livre à une diabribe violente contre le régime des Al - e Saoud dans les colonnes de son journal: " Riyad a déchlenché un nouveau round de politiques censées déclencher la guerre des confessions au Moyen Orient. ces tentatives se manifestent à travers la recente réunion de la Ligue arabe ou encore le récent conseil des ministres des AE de la Ligue.

Mais cette politique a été celle de Bush. le conseil des ministres des AE du Conseil de Coopération s ' est penché samedi sur l ' attaque contre l ' ambassade saoudienne à Riyad. les participants se sont rendus ensuite au Caire où ils ont manifesté leur solidarité avec Riyad contre Téhéran.

J ' ai entendu un auteur bien connu du monde arabe prononcer cette phrase au seuil de cette réunion: " Quiconque n ' est avec nous, est contre nous ". cette phrase contient un message très claire à l ' adresse non seulement de l ' Iran mais surtout des pays arabes: chaque pays qui ne rallierait pas la cause saoudienne contre l ' Iran, ne se battrait pas le Yémen et la Syrie, ne se positionnerait pas contre l ' Iran, passerait automatioquement dans le camp adverse.

Pour Riyad, il n ' y aurait donc pas aucune prise de position médiane qui soit digne d ' être négociée ou débattue, ce qui revient à dire que les pays arabes n ' auront plus aucun choix. cette dernière idée, jaillie du tréfond des esprits des dirigeants de Riyad, complète le puzzel des divergences confessionnelles qui secouent le Moyen Orient.

Il s ' agit de pousser ni plus ni moins les pays arabes et musulmans à affronter l ' Iran et le chiisme et c ' est là justement le grand danger qu ' il faudrait neutraliser. car George Bush, l ' homme à qui le monde musulman doit des plus guerres de son histoire, agissaiut éxacetement dans le même sens. ce fut des mots similaires que Bush a prononcés au lendemain du 11 septembre pour lancer la guerre contre l ' Irak et créer une coalition anti irakienne. mais il faut bien le dire, l ' Arabie saoudiote est bien loin d ' être les Etats Unis. même si Riyad parvient à créer une coalition contre l ' Iran, celle - ci n ' est pas assez grande puisque privée des armements us, des navires capables de transporter plus de 30000 ogives nucléaires. Bush a fait des Etats Unis le pays le plus haï au monde, pays qui a lamentablement échoué en Irak et en Afghanistan, qui a légué aux américains 7000 soldats morts et plus de 40000 blessés sur fond des dépenses militaires se chiffrant à 5 trillions dollars. et l ' équipée bushienne en Irak et en Afghanistan a débouché sur l ' émergence de Daech! Mais l ' Arabie saoudite sait - elle toutes ces vérité? si elle les ignore, il faudrait faire tout, avantr qu ' il ne soit trop tard, pour que les dirigeants de Riyad s ' apercoivent de l ' erreur colossale qu ' ils sont en train de commettre. il va sans dire que l ' attaque contre l ' ambassade saoudienne à Téhéran est condamnable et chaque pays a le devoir de protéger des représentations diplomatiques mais ce n ' est pas une raison pour que l ' Arabie saoudite déclare la guerre à l ' Iran surtout que les dirigeants de Téhéran ont regretté cet incident. Nous lançons un appel de pieds aux dignitaires arabes, à ceux dont les pays ont participé aux réunions du Caire et de Riyad. prenez vos courages entre vos mains et parelez aux saoudiens de leurs complots et des guerres qu ' ils mènent et parlez leur des dangers qui menacent toute la région. j ' ai lu l ' interview du ministre saoudien de la Défense avec The Economiste, je l ' ai même lu trois fois, c ' est l ' homme qui est à l ' origine de la guerre insensée contre le Yémen. force est de constater que cet entretien ne contient rien qui puisse me convaincre du contraire: Riyad veut la guerre. a la question de savoir quand vous comptez mettre un terme à la guerre, le prince Salmane dit ne rien savoir… nous cherchons la stabilité et la sécurité car l ' ennemi du monde de l ' Islam n ' est pas l ' Iran mais bel et bien Israël