Le Corps des Gardiens de la Révolution islamique a assimilé l’exécution par le régime saoudien du dignitaire religieux Cheïkh Nimr Baqer al - Nimr aux crimes commis par le groupe terroriste de Daech, ce qui témoigne du déclin de ce régime.

***

Le Corps des Gardiens de la Révolution islamique a condamné, dans un communiqué, le crime saoudien en exécutant le Cheïkh al - Nimr qui fait partie, insiste le communiqué des Pasdaran, d’un complot sioniste visant à aggraver le discorde au sein de l’Oumma islamique et les différends Chiites / Sunnites.

Le communiqué du Corps des Gardiens de la Révolution islamique insiste sur le fait que l’acte barbare du régime rétrograde et moyenâgeux saoudien, créateur et protecteur des terroristes, constitue une violation flagrante des droits de l’Homme et de la liberté d’expression et qu’il témoigne encore une fois que tous les crimes de ce genre puisent dans la pensée wahhabite et le courant salafi / takfiri dont Daech est aujourd’hui le porte - étendard.

Le Corps des Gardiens de la Révolution islamique a également évoqué dans son communiqué l’échec des politiques intérieures et extérieures du régime saoudien ainsi que ses échecs honteux dans la région entre autres dans le domaine du soutien au terrorisme takfiri et au régime des Ale Khalifa à Bahreïn ainsi que dans la guerre au Yémen, des éléments que le communiqué des Pasdaran a considéré comme à l’origine de ce grand crime à «la daechiste».