L’exécution du Cheikh Nimr Baqer al - Nimr, par le régime saoudien, a été, vivement, condamnée, dans le monde.

Cet événement tragique est un autre exemple de l’incompétence des dirigeants saoudiens, face aux crises auxquelles ils ssont confrontés à l’intérieur et à l’extérieur de leur royaume. En Arabie saoudite, les dirigeants de Riyad ne connaissent d’autres moyens que l’arrestation, l’emprisonnement, la torture et l ' exécution, face aux protestations populaires et aux critiques formulées par les personnalités politiques et religieuses. L’exécution du dignitaire religieux chiite, l’Ayatollah Al - Nimr, est un autre exemple de la cruauté et de l’incompétence du régime saoudien. En outre, contrairement aux attentes des dirigeants de Riyad, l’exécution de ce leader religieux accentuera, sans aucun doute, la crise intérieure de l’Arabie saoudite. Dans la ville orientale d’Al - Qatif, les habitants ont annoncé un deuil général, et de vives protestations populaires ont pris forme contre les dirigeants du régime saoudien, d’où l’intensification de la répression des habitants de cette région, par les forces armées du régime. D’après les sources locales, dans les heures et les jours qui viennent, les régions de l’Est de l’Arabie saoudite seront le théâtre de nouvelles vagues de protestations populaires contre les dirigeants du régime saoudien.

Au niveau régional, les Al - e Saoud se trouvent face à une crise très profonde, du jamais vu, dans le Sud - Ouest de l’Asie. La poursuite de la présence des militaires de l’Arabie saoudite, à Bahreïn, la guerre déclenchée, par Riyad, contre le Yémen, et les gros investissements des Saoudiens, pour former et armer les organisations terroristes, sont les principales raisons de l’aggravation de la situation sécuritaire de cette partie du monde. Mais la crise que les Saoudiens voulaient créer, pour les autres, commence, maintenant, à se développer, aussi, à l’intérieur du royaume saoudien.

Au niveau international, les politiques bellicistes de Riyad et le soutien total que les princes saoudiens accordent aux terroristes de Daech et à d’autres organisations terroristes, font du régime saoudien l’acteur principal du terrorisme, de l’extrémisme et de la violence, aux yeux de la communauté internationale. La violence et le fanatisme sont inhérents au régime de Riyad, qui viole, systématiquement, les droits de l’Homme, dans son territoire, notamment, les droits des femmes et des minorités. C’est pourquoi, les organisations de défense des droits de l’Homme critiquent de plus en plus les politiques inhumaines et la dictature du régime saoudien.

«Le procès du Cheikh Nimr Baqer al - Nimr, l ' éminent religieux chiite, en Arabie saoudite, n ' était pas équitable», a affirmé " Human Rights Watch "(HRW).

" Exempt de tout crime, l ' exécution collective des prisonniers n ' a fait que ternir davantage l ' image des droits de l ' Homme, en Arabie " a affirmé Sarah Leah Whitson, la directrice de " HRW ", pour le Moyen - Orient, citée par " The Guardian ".

«L ' exécution du Cheikh Al - Nimr conduira à l ' intensification des conflits sectaires et du chaos, dans ce pays», a ajouté Whitson, en qualifiant d ' inéquitable, le procès du Cheikh Al - Nimr.

«La seule solution, pour instaurer la stabilité, dans les provinces, à l ' Est de l ' Arabie, est de mettre fin à la discrimination systématique, à l ' encontre des citoyens chiites», a - t - elle précisé.

L ' Arabie saoudite a annoncé, ce samedi, avoir exécuté 47 personnes, dont le Cheikh Nimr Baqer al - Nimr, l ' éminent religieux chiite de l ' Arabie saoudite, pour ses critiques, à l ' encontre des Al - e Saoud.