Le Monde. fr avec AFPUne manifestation a dégénéré, vendredi 25 décembre à Ajaccio, quand plusieurs individus réunis dans une cité située sur les hauteurs de la ville ont saccagé une salle de prière musulmane et tenté de mettre le feu à des exemplaires du Coran.

Environ 150 manifestants s’étaient donné rendez - vous devant la préfecture, un peu plus tôt dans l’après - midi et dans le calme, pour protester contre l’agression qui avait visé, la veille, deux pompiers et un policier.

Appelés dans le quartier des Jardins de l’Empereur pour un incendie au milieu de la nuit, les pompiers sont tombés dans ce que le sous - préfet François Lalanne a qualifié de« guet - apens». Leur véhicule a été visé par des jets de projectiles et deux d’entre eux ont été sérieusement blessés par des éclats de verre. Un policier, intervenu sur les lieux pour faire revenir le calme, a été plus légèrement blessé.

[gallery columns = " 1 " size = " full " ids = " 32355,32356 "]

Certains des manifestants réunis devant la préfecture ont appelé à se rendre dans le quartier où avait eu lieu l’échauffourée. Ce sont au final entre 200 et 300 personnes qui s’y sont retrouvées en toute fin d’après - midi pour ce qui s’est transformé en expédition punitive.

Aux cris, pour certains, de« Arabi fora[les Arabes dehors]ou« On est chez nous!», ils ont, dans une ambiance tendue et encadrés par des policiers déployés pour tenter de maintenir le calme, essayé d’identifier et de retrouver les auteurs de l’agression. Les habitants du quartier sont restés cloîtrés chez eux, tandis que des portes en verre, des boîtes aux lettres et des vitres de véhicules étaient endommagées par les manifestants.

Plusieurs manifestants ont, à cette occasion et malgré le dispositif policier, saccagé la salle de prière musulmane, tentant même de regrouper des exemplaires du Coran pour y mettre le feu, en n’y parvenant que très partiellement.

La terrasse d’un restaurant kebab situé à proximité de la cité a également été endommagée. Les incidents ont pris fin vers 21 heures, même si la situation restait très tendue et le déploiement de forces de l’ordre important.