Le 5ème jour des négociations de paix yéménites dans la ville suisse de Bienne a fait circuler pas mal d’actualités.

***

Entre autres, les médias saoudiens, aussi, se sont lancé dans des campagnes d’intoxication contre la délégation politique yéménite, Ansarallah, pour montrer, une fois de plus, qu’ils souhaitaient l’échec des négociations et que cet éventuel échec, ils voulaient l’attribuer au mouvement Ansarallah.

Samedi, les négociations ont eu lieu dans les séances de matin et d’après - midi, sous forme des réunions générales mais aussi des négociations privées réunissant le représentant onusien avec chacune des parties négociatrices. Les négociations de matin étaient plutôt axées sur l’établissement du cessez - le - feu, une question, apparemment, si importante, que la poursuite des discussions sur d’autres points prévus à l’ordre du jour semblait dépendre de l’aboutissement des négociations sur ce sujet.

L’attitude de la délégation saoudienne d’accepter, par tout prétexte, les conditions de la trêve a pourtant empêché d’aboutir la première partie des négociations et c’était ainsi que la chaîne Al - Arabiya a lancé le tapage médiatique contre le mouvement Ansarallah, pour dire que les négociations sur l’échange des otages ont échoué, une nouvelle qu’ont rejetée certaines sources bien informées.

La séance d’après - midi s’est passée autour des questions importantes et il a été établi que sous la supervision des Nations Unies, une celle d’opérations soit créée soit à Oman, soit en Egypte, soit en Jordanie, avec pour responsabilité de superviser l’arrêt des affrontements au Yémen. Les représentants des deux parties impliquées dans le conflit au Yémen doivent participer à cette cellule d’opérations. Mais les discussions de Bienne étaient aussi marquées par une guerre verbale entre les membres, mêmes, de la délégation saoudienne.

Dans un communiqué, l’ONU a annoncé avoir l’intention de déclarer lundi la fin des 5 jours de négociations sur le Yémen et d’organiser une conférence de presse à Berne, toujours en Suisse. En fait, la réunion sur le Yémen clôture dimanche ses discussions et on ignore encore si un véritable accord en résulte sur tous les sujets prévus à l’ordre du jour, ou si les négociations vont être reconduites pour une 3ème fois! Mais une chose est claire: même si un accord s’obtient, il y aura toujours des doutes sérieux sur l’engagement de la délégation de Riyad de respecter ses engagements envers le peuple yéménite.