L ' institut Ron Paul a jugé, dans une récente analyse, l ' envoi de nouveaux effectifs militaires par les Etats - Unis en Syrie, la tentative américaine d ' entraver et faire stopper le processus des victoires russes dans le nettoyage de la région de la présence des terroristes et changer le gouvernement de Damas. L ' analyse de l ' institut Ron Paul indique que les forces spéciales américaines sont utilisées comme " boucliers humains " face aux frappes aériennes de la Russie contre les mercenaires anti - gouvernement syrien; mercenaires qui sont pour la plupart considérés comme instrument de Washington pour la mise à exécution de la politique du " changement de gouvernement " à Damas. L ' intervention militaire lancée le 30 octobre par la Russie contre les terroristes en Syrie a asséné des coups durs aux rebelles anti - Damas, tout en changeant l ' équilibre de force entre les puissances alliées de Washington. Ce qui a porté préjudice aux efforts de ces puissances pour renverser Assad d ' où les réactions diverses des Etats - Unis et de leurs alliés dont la Grande - Bretagne, la France, la Turquie, l ' Arabie et le Qatar. Au début, Washington a qualifié les aides russes à la Syrie de " condamné à l ' échec ", il a ensuite avancé des allégations pour suggérer que les attaques russes ont coûté la vie à des civils pour prétendant finalement que les missiles Croisière de la Russie, ayant détourné leur trajet, ont visé l ' Iran. Les Etats - Unis ont aussi accusé la Russie d ' avoir bombardé les positions des opposants modérés au lieu de celles des terroristes daechistes. Toute cette campagne d ' accusation visait à affaiblir l ' opération militaire russe sans aboutir pour autant au résultat qu ' ils souhaitaient. La Russie poursuit ses frappes contre les terroristes qui n ' ont rien à faire que se déplacer d ' un lieu à l ' autre pour se mettre à l ' abri des frappes russes.