Le nouveau Premier ministre canadien Justin Trudeau a prêté serment mercredi et a nommé son gouvernement, paritaire et marqué par la diversité. Par plusieurs gestes forts, il rompt avec une décennie de conservatisme.

***

En prenant ses fonctions mercredi 4 novembre, 31 ans après la fin du mandat de son père, le nouveau Premier ministre canadien Justin Trudeau a marqué une rupture avec une décenie de pouvoir conservateur. Il a nommé un gouvernement paritaire et marqué par la diversité. Il s ' est également montré proche du public, contrairement à son prédecesseur Stephen Harper, peu friand des médias et des bains de foule.

[caption id = " attachment _ 31649 " align = " alignnone " width = " 720 "]© Blair Gable, AFP | Le Premier ministre canadien en compagnie de son épouse et des membres de son cabinet, peu avant sa prestation de serment le 4 novembre.[/ caption]

Dès ses débuts, le 23e Premier ministre du Canada a rompu avec l ' austérité de son prédécesseur: c ' était la première fois par exemple que le public était convié à Rideau Hall pour assister à la cérémonie d ' assermentation. Des centaines de Canadiens s ' étaient ainsi pressés dans la résidence officielle du Gouverneur général à Ottawa pour l ' ovationner. Rompant avec une tradition un peu austère, Justin Trudeau, accompagné de son épouse Sophie et de ses 30 ministres, a remonté à pied la longue allée le menant à la résidence du Gouverneur général David Johnston, représentant de la reine Elizabeth II, chef d ' État en titre.

Un gouvernement paritaire et riche de sa diverisité

Après avoir promis " allégeance " à la reine Elizabeth II et à ses héritiers, Justin Trudeau a été déclaré Premier ministre par le Gouverneur général. Puis, à tour de rôle, les 30 ministres, 15 hommes et 15 femmes, ont prêté serment.

Ayant promis un cabinet resserré, Justin Trudeau s ' est réservé les portefeuilles de la Jeunesse et des Affaires intergouvernementales(chargé des relations du gouvernement fédéral avec les provinces).

Dans un geste fort, il a nommé pour la première fois une Autochtone comme ministre de la Justice, l ' ex - procureure Jody Wilson - Raybould. Cette nomination est lourde de sens car le gouvernement sortant a toujours refusé une commission d ' enquête sur les disparitions ou les meurtres inexpliqués de quelque 1 200 femmes autochtones depuis 1980. Cette enquête, promesse de campagne de Justin Trudeau, devrait être l ' une des premières mesures de Jody Wilson - Raybould.

Son cabinet compte également une ministre d ' origine afghane, échappée du régime des Taliban en 1996, un sikh et ancien militaire à la Défense ou encore un ancien chef de bus d ' origine indienne ministre des Infrastructures. " Nous sommes en 2015 " et le conseil des ministres " est le reflet du Canada dans sa magnifique diversité ", a déclaré Justin Trudeau.

Autre symbole, le libellé du ministère de l ' Environnement est complété par celui de Changement climatique, un portefeuille revenant à Catherine McKenna, avocate internationale, qui sera début décembre à Paris à la conférence de l ' ONU sur le climat(COP21). Après une décennie de désengagement du pays dans la lutte contre le réchauffement de la planète, " le Canada va être un acteur fort et positif sur la scène internationale, notamment à la COP21 de Paris ", a assuré Justin Trudeau. Il a promis que son pays " assumerait sa responsabilité " pour lutter contre le réchauffement climatique.