Le nombre des martyrs palestiniens ne cesse de s’alourdir après ce «vendredi de colère». Les avions du régime sioniste continuent à bombarder les zones palestiniennes.

***

L’attaque, dimanche dans les premières heures de la matinée, contre la bande de Gaza a déjà fait d’innombrables morts en martyre et de blessés. L’armée israélienne a appelé, en même temps, ses réservistes pour contrôler les protestations populaires partout sur les territoires occupés. Le bombardement de Gaza se poursuit simultanément à l’attaque menée par les vedettes israéliens contre les rives de la mer de Gaza, y infligeant d’importants dégâts. Pour justifier le bombardement de la bande de Gaza et le massacre des habitants de Qods et de la Cisjordanie, le régime sioniste prétend avoir riposté au tir de missiles depuis Gaza contre les colonies. Au moins 22 Palestiniens ont trouvé le martyre et plus d’un millier d’autres ont été blessés dans les attaques israéliennes, selon les chiffres du ministère palestinien de la Santé.

[gallery size = " full " columns = " 1 " ids = " 31343 "]

Les contestations qui se sont intensifiées depuis le premier octobre, à la suite des invasions à répétition des sionistes contre la mosquée d’Al - Aqsa, s ' amplifient davantage. Les Palestiniens n’ont pas toléré les outrages faits par les colons sionistes contre la mosquée d’Al - Aqsa, qui sont d ' ailleurs soutenus directement par les forces de la police de ce régime. Ce qui s’est traduit par le soulèvement populaire des Palestiniens qui jugent, en fait, ces contestations, un prélude à une «troisième Intifada». C’est alors qu’ils ont appelé tous les partis et groupes à rejoindre cette vague de protestation. Le régime occupant a décidé d’appeler et de mettre en état d’alerte ses réservistes; il ne semble pas, toutefois, qu’il soit en mesure de contrôler la situation d’où l’appel lancé par le Premier ministre israélien, Benyamin Netanyahu, lors d’un contact téléphonique avec le secrétaire d’Etat américain, à la médiation américaine pour calmer la situation dans les territoires occupés. Or, le secrétaire d’Etat américain John Kerry, qui avait toujours rappelé du parapluie de protection de la Maison Blanche pour Israël, a récemment débattu au téléphone avec le président de l’Autorité autonome, Mahmoud Abbas, des derniers développements en Palestine occupée ainsi que les voies permettant de maîtriser la situation et d’empêcher l’extension du soulèvement populaire palestinien. John Kerry avait déjà aussi demandé plus d’efforts de la part de Mahmoud Abbas pour calmer la situation et réprimer l’Intifada palestinienne. Quoi qu’il en soit, les Palestiniens ne semblent pas pouvoir tolérer, encore une fois, après 48 années d’occupation de leur patrie et malgré des dizaines de résolutions internationales, adoptées en leur faveur mais jamais appliquées par le régime sioniste, les agressions de ce régime occupant d’autant plus qu’ils ont, déjà, à leur agenda l’expérience amère de l’échec de 20 années de négociations avec Israël, les mêmes qui n’ont rien apporté que massacre, blocus, colonisation et sacrilège de la mosquée d’Al - Aqsa. Les Palestiniens sont alors descendus dans la rue pour faire entendre leur cri de justice dans le cadre d’une autre Intifada.