Selon: Al - Ahednews

Toutes les parties membres de l ' alliance, regroupant les ennemis de la Syrie, ont fait montre de leur mécontentement vis - à - vis des frappes qu ' effectuent les avions russes contre les positions des groupes terroristes, en action, sur le territoire syrien.

***

Pour elles, ces frappes ne font pas la distinction entre groupes extrémistes et groupes " modérés ". Elles exigent une concentration des frappes sur les positions de Daech, tout seul. Mais les ennemis de la Syrie acceptent - ils, vraiment, l ' éradication de «Daech»?

La thèse américaine, sur l ' existence de groupes terroristes extrémistes et de groupes " modérés " est ruinée par le fait que les Etats - Unis considèrent, solennellement, que toutes les organisations armées, en action, en Syrie, ne sont pas modérées.

C ' est la raison pour laquelle Washington a dépensé 500 millions de dollars, pour former, entraîner, et armer un groupe armé " modéré ", dans le but fallacieux de combattre Daech, alors que le véritable but n ' est rien d ' autre que le renversement du régime syrien.

On sait, à ce propos, que plus de cinq mille combattants ont été entraînés et armés, par Washington, mais qu ' ils ont déserté, à l ' exception de 4 ou 5 individus, dès leur arrivée, sur le champ de bataille, pour rejoindre les rangs des groupes terroristes non modérés, dont «Daech» et «Al - Nosra». «Daech», tout seul. Il est clair qu ' à travers l ' insistance sur le caractère terroriste de «Daech», tout seul, ce qui est recherché est de blanchir «Al - Qaïda», qui commet ses crimes, en Syrie, sous l ' appellation d ' Al - Nosra, et de considérer ce groupe, comme " modéré ", bien que le terrorisme, exercé par lui, soit le même que les Etats - Unis et leurs alliés prétendaient vouloir liquider, lorsqu ' ils ont envahi l ' Afghanistan et l ' Irak, tout en les détruisant et massacrant des millions d ' âmes humaines, parmi leurs peuples et les peuples de plusieurs autres pays. A supposer que les avions russes se contentaient de ne diriger leurs frappes que contre «Daech», tout seul, eh bien, cela sera - t - il accueilli par l ' axe de l ' hégémonie américano - sioniste, par des ovations et des applaudissements vigoureux? Bien sûr que non. Car les porte - paroles protesteront: Le bombardement des positions de «Daech», par les avions russes, est différent de celui qu ' effectuent les avions de l ' Alliance, dirigée par les Etats - Unis.

La différence réside dans le fait que le bombardement russe est sérieux et douloureux, comparé à l ' autre bombardement, qui, à la place des bombes, bombarde les mêmes positions de Daech par des équipements, des armes, des munitions et de l ' argent. Ils protesteront, également, car le bombardement russe vise à détruire la menace que constitue «Daech», en trois ou quatre mois, alors que les alliés, dirigés par Washington, pensent que la durée nécessaire, pour en finir avec «Daech», serait de dix ans, pour les uns, et de trente ans, pour les autres. En d ' autres termes, l ' axe de l ' hégémonie, qui a inventé Daech, et qui le soutient de tous les moyens possibles, veut que ce groupe terroriste soit présent, pour continuer de pratiquer, à la place de l ' axe mentionné, la politique impérialiste et criminelle de destruction, qui vise les peuples de la région. Il veut, aussi, leurrer les peuples de la région et ceux des pays membres de l ' Alliance, en faisant semblant de lutter contre le terrorisme, alors qu ' il ne cherche, réellement, qu ' à détruire les pays visés, par le terrorisme.

Véritable sentiment d ' affliction. Bref, il est possible de dire que l ' axe de l ' hégémonie éprouve un véritable sentiment d ' affliction. Il voit comment les groupes terroristes, qu ' il a inventés, dans le cadre des nouvelles formes de ses politiques d ' agression, s ' écroulent, sous les coups de la nouvelle alliance hostile à l ' hégémonie, sans qu ' il ne puisse accourir à les défendre que, verbalement, à travers des paroles vides, évoquant des groupes " modérés " et des groupes extrémistes. Sans oublier les accusations mensongères qui parlent de prétendues victimes civiles. De telles accusations ne pourront jamais laver les mains et les visages des criminels de guerre américains, européens, israéliens et arabes sionisants: Qui est responsable des dizaines de millions de civils, qui sont tombés et qui tombent, toujours, en Palestine, en Irak, en Syrie, au Yémen, et Lybie et ailleurs? L ' axe de l ' hégémonie peut - il, aujourd ' hui, protéger les groupes terroristes, en Syrie, et les protéger, demain, en Irak, en accourant à des moyens autres que ce genre d ' accusations? Plus clairement: la situation peut - elle évoluer vers une confrontation armée entre Russes et Américains? Et si la réponse est affirmative, l ' intervention russe, en Syrie, sera - t - elle catastrophique, pour la Russie, comme l ' a été, pour l ' Union soviétique, son intervention, en Afghanistan? Pas facile de trancher. Pourtant, il existe des faits concrets, qui pourraient donner quelques éléments de la réponse: L ' axe de l ' hégémonie a - t - il pu stopper la détermination de la Russie à recouvrer la Crimée, ou à aider l ' Ossétie du Sud à obtenir son indépendance? N ' est - ce pas que c ' est la hantise d ' une riposte russe, qui a empêché Washington de mettre en application ses menaces de frapper la Syrie, en août 2014. Jusqu ' à maintenant, les Etats - Unis n ' ont opposé à l ' intervention russe que geignements et pleurnicheries.