Selon les sources israéliennes, ce serait Ankara à l ' origine de la crise migratoire, " critique, provoquée dans le stricte objectif de pousser l ' OTAN à renverser Assad "!

" Le Premier ministre israélien, Netanyahu, se vante d ' avoir bloqué toute infiltration des immigrés clandestins, en Israël, via l ' Egypte. Et il fustige, vertement, Barack Obama, pour l ' échec de sa politique moyen - orientale, que traduit, dans les faits, la crise migratoire ", affirment les sources haut placées, en Israël, citées par Al - Monitor. " Si Obama avait bombardé Assad, il n ' y aurait eu aucun des phénomènes qui assaillent, en ce moment, l ' Europe. En effet, l ' homme qui est derrière la crise migratoire n ' est personne d ' autre que l ' ex - PM turc, Erdogan, et actuel président!! Il y a quatre ans, la Turquie a été le premier pays à avoir ouvert ses portes aux réfugiés syriens,(ndlr: au nombre desquels se mêlaient bon nombre de terroristes takfiris). Ce fut, à cette même époque, que Erdogan a tourné le dos à Assad, jusqu ' alors, son allié stratégique, pour devenir son ennemi numéro un. Erdogan a continué à loger de plus en plus de réfugiés syriens, dans des camps dressés près des frontières. Il l ' a fait, pour la simple et bonne raison, qu ' il veut convaincre l ' OTAN de diriger ses frappes, avec plus grande précision, contre Assad et ses forces. Erdogan en est à se désespérer des dirigenats occidentaux. Ils ne l ' écoutent pas, ce qui le concraint à avoir recours à des stratagèmes, tels que Daech. La plupart des journaux turcs font d ' amples révélations, sur les liens étroits entre MIT - renseignement turc et Daech ", affirme le journal, citant un haut responsable israélien, qui requiert l ' anonymat et qui ajoute: " Erdogan finance Daech, d ' une part, et soutient les réfugiés syriens, de l ' autre. Erdogan croit qu ' un nombre croissant de réfugiés est de nature à persuader la communauté internationale,(ndlr: OTAN), à instaurer une zone d ' exclusion aérienne, dans le Nord de la Syrie. Erdogan compte, en effet, sur un afflux massif de réfugiés, dont le nombre atteint les deux millions, pour obliger les pays membres de l ' OTAN à passer à l ' action contre la Syrie. Le corps du bébé de trois ans, Aylan, repêché, début septembre, sur les rives de Bedroum, en Turquie, a donné lieu à une grosse littérature journalistique. La tante de l ' enfant a, directement, accusé le Canada d ' implication, dans la mort d ' Aylan, puisqu ' Ottawa avait refusé de délivrer des visas à Aylan et à sa famille. Ankara a, ainsi, rendu l ' Occident le responsable de la mort des réfugiés. Mais savez - vous que le vol reliant Istanbul à Munich est beaucoup moins cher que la somme versée par les réfugiés aux passeurs. De surcroît, la ligne aérienne est plus sûre. Mais les réfugiés n ' ont pas de visa, pour la plupart, et le fait d ' en demander leur est presque impossible. La Turquie a tout fait, d ' abord, pour bloquer le transit maritime des immigrés vers l ' Europe. Mais les choses ont changé depuis: depuis que l ' OTAN s ' est refusé à s ' engager, directement, dans le conflit, pour renverser Assad, et que Daech s ' est avéré incapable de satisfaires aux exigences géostratégiques d ' Erdogan, ce dernier a décidé d ' exercer des pressions sur l ' Europe et de lui rendre la vie dure. Ces dernières semaines, la Turquie a ouvert les vannes des réfugiés, à destination de l ' Europe, et les sources bien informées n ' écartent pas la possibilité que les Turcs aident, désormais, aussi bien, Daech, que les passeurs!! Fabius a suspendu les activités de sa propre consule, à Bedroum, quand il a appris que cette dernière vendait des bateaux pneumatiques aux réfugiés. Il est, désormais, sûr et certain que l ' afflux des réfugiés vers l ' Europe n ' aurait jamais eu lieu, si Erdogan ne l ' avait pas voulu. Cela fait quatre ans qu ' Erdogan accueille les réfugiés syriens, dans l ' espoir de pouvoir les utiliser, pour renverser Assad. Mais Assad est toujours là, indéfectible. Erdogan veut créer une pression " humaine ", au coeur de l ' Europe, et obtenir de l ' Europe ce que celle - ci lui a refusé, tout au long de ces quatre dernières années.