Cette professeur de droit devrait revoir ses cours. Dans les universités françaises, les étudiants peuvent se vêtir comme ils le souhaitent. Le hijab, tout comme la kippa, la croix et le turban sont autorisés par la loi.Pourtant, Mercredi 16 septembre,une prof de droit de l’IUT de Sceaux(92) a refusé de faire cours devant deux étudiantes musulmanes voilées. L’enseignante, se disant « féministe», aurait demandé aux deux musulmanes de retirer leur hijab avant de rentrer dans l’amphithéâtre. Devant le refus de ces dernières, la professeur décide d’annuler son cours car selon elle, le voile est « un signe de soumission». Une étudiante, assise dans la salle, confirme les faits au journal le Figaro:
«On attendait devant l’amphithéâtre pour notre cours de droit privé» raconte cette jeune étudiante en première année de Gestion des Entreprises et Administrations(GEA). En retard, la professeur ouvre l’amphithéâtre en arrivant «mais n’est pas rentrée» avec les étudiants. «Elle est restée dehors, on ne savait pas ce qu’elle faisait. On se disait qu’il y avait quelque chose de bizarre, elle avait l’air nerveuse». Environ «20 minutes plus tard», l’enseignante revient, range ses affaires et annonce qu’elle ne fera pas cours.
Des étudiants réussissent à faire entendre raison au professeur qui accepte finalement de donner cours.A son retour dans l’amphithéâtre, l’enseignante anti - hijab est huée par des étudiants stupéfaits par cette discrimination. Avec JournalDuMusulman