Des manifestations de solidarité ont émaillé la journée de samedi 12 septembre dans toute l ' Europe. Dans les principales villes du Danemark, on est venu en masse soutenir les réfugiés et les migrants. A Copenhague, ils sont plus de 30 000 à s’être rassemblés devant le Parlement.«Les réfugiés sont les bienvenus, une ville sans racisme». Voilà ce qu’on pouvait lire sur les pancartes des manifestants, samedi 12 septembre. Ils sont des dizaines de milliers à avoir répondu à un appel de solidarité publié sur Facebook. Des jeunes et des moins jeunes, venus en famille ou entre amis, dans une ambiance bon enfant. La police a même écrit sur son compte Twitter que tout se déroulait dans l’ordre et dans le calme, rappelant aux participants de prendre soin les uns des autres. Nanna est venue avec son fils Thomas pour encourager son pays à accueillir plus de réfugiés. «Je pense que c’est un manque de solidarité de laisser les migrants à la porte, pas seulement duDanemarkmais de l’Europe entière, dénonce cette mère de famille. Pour, moi, c’est un signal important que nous envoyons au monde pour dire que nous qu’il y en a qui sont plus ouverts d’esprits et qui sont prêts à leur ouvrir les bras. Et c’est en grande partie une décision politique de laisser les gens à la porte de l’Union européenne. C’est pour ça que nous sommes si nombreux devant le Parlement pour soutenir la cause des migrants.» Les discours et les concerts se sont succédé dans la bonne humeur. La manifestation a lieu alors que la ministre de l’intégration, Inger Støjberg, vient d’annoncer que le Danemark refusait un système derépartition de réfugiésentre pays de l’Union européenne.
RFI