On l ' appelle " la photo de la honte ", celle d ' un enfant syrien de trois ans, mort noyé, le corps échoué sur une plage turque, après avoir tenté la traversée jusqu ' à l ' île grecque de Kos. Un cliché terrifiant érigé en symbole de la crise des réfugiés.

***

Sur la photo, le petit garçon, short bleu - t - shirt rouge, gît face contre terre, le visage enfoncé dans le sable de la station balnéaire de Bodrum en Turquie, un corps trempé et inerte rejeté par la mer qui a englouti l ' embarcation avec laquelle il tentait de rejoindre l ' Europe avec ses parents.

Selon les médias turcs, il était syrien, il avait 3 ans, s ' appelait Aylan, et était originaire de Kobané. Son frère aîné âgé de 5 ans a également péri dans ce naufrage qui a fait 12 morts au total.

[gallery columns = " 1 " size = " full " ids = " 30696,30695 "]

L ' humanité échouée, #KiyiyaVuranInsanlik en turc, c ' est le hashtag qui a envahi les réseaux sociaux à peine le cliché publié. En Turquie d ' abord, puis en Angleterre, en France, dans plusieurs pays d ' Europe. Les internautes se sont indignés. Où va le monde? Plus Jamais ça! Les commentaires se comptent par milliers sur les réseaux sociaux et la presse s ' en fait l ' écho. Outre - Manche, le Huffington Post interpelle directement David Cameron, le Premier ministre britannique: " Fais quelque chose, David! " The Independant s ' interroge: " Si ces images d ' un enfant syrien rejeté sur une plage ne modifient par l ' attitude de l ' Europe vis - à - vis des réfugiés, qu ' est - ce qui le fera? " En Italie, La Repubblica résume le sentiment général et titre: " La photo qui fait taire le monde. "