Texte par Muslimpress

Après plusieurs années de production, le film que le réalisateur Majid Majidi consacré à l’enfance du prophète Mahomet sort mercredi dans les salles iraniennes.

[caption id = " attachment _ 30457 " align = " alignnone " width = " 644 "]© Frederick J. Brown, AFP | L ' Iranien Majid Majidi, réalisteur de " Mahomet "[/ caption]

Mercredi 26 août, " Mahomet ", premier volet d’une trilogie consacrée à la vie du prophète, sort sur les écrans de la République islamique. Réalisé par Majid Majidi, l ' un des cinéastes iraniens les plus reconnus à l’international.

" Des pays comme l ' Arabie saoudite auront des problèmes avec ce film mais beaucoup d ' autres pays musulmans l ' ont réclamé ", affirme le réalisateur interrogé par l’AFP.

" Mauvaise lecture " de l’islam

Pour Majid Majidi, ancien acteur de 56 ans qui a réalisé une bonne dizaine de films dont plusieurs primés à l ' étranger(" Le Secret de Baran ", " Les Enfants du ciel ", etc.), le choix du sujet était pourtant évident. " Ces dernières années, une mauvaise lecture de l ' islam dans le monde occidental en a donné une image violente qui n ' a strictement aucune relation avec sa vraie nature ", affirme - t - il.

Aux yeux du cinéaste, cette interprétation fallacieuse vient " de groupes terroristes " comme " l ' État islamique qui n ' ont pas de lien avec l ' islam dont ils ont volé le nom " et qui veulent en projeter " une image terrifiante dans le monde ". " En tant qu ' artiste musulman[…] mon objectif était de créer une vision[de l ' islam] qui change de celle qu ' a l ' Occident " et qui se résume souvent à un " terrorisme islamique attaché à la violence ", affirme le metteur en scène. Or, d ' après lui, " l ' islam c ' est la concertation, la bonté et la paix ".

[iconbox title = " " Mahomet " " title _ align = " center " content _ align = " left " title _ color = " #2173d1 " align = " left " type = " vector " icon = " undefined " icon _ align _ to = " box " size = " 32 "] Le film le plus cher jamais produit en Iran Avec un budget d ' environ 40 millions de dollars(34 millions d ' euros), en partie financé par l ' État, " Mahomet " est le long - métrage le plus cher de l ' histoire du cinéma iranien. Un film à gros budget qui a nécessité sept années de production ainsi que la reconstitution, au sud de Téhéran, de la ville de La Mecque. Outre sa sortie dans 143 salles en Iran, ce film de deux heures sera projeté jeudi en ouverture du festival du film de Montréal où Majid Majidi espère susciter l ' intérêt de distributeurs européens[/ iconbox]

Selon Majid Majidi, " Mahomet " ne dépeint pas le prophète lui - même mais le monde tyrannique qui l ' entoure tel qu ' il le voit à travers ses yeux d ' enfant, de sa naissance à l ' âge de 13 ans. Par un jeu d ' effets spéciaux, son visage n ' apparaît jamais, " mais on voit sa silhouette et son profil ". Ce qui " peut être dénoncé par les plus radicaux ", reconnaît le cinéaste.

Le réalisateur iranien se défend de vouloir diviser les musulmans sunnites et chiites qui se déchirent pourtant dans plusieurs pays de la région, de l ' Irak au Yémen en passant par la Syrie. " Il n ' y avait pas de querelle à cette période " entre les deux grands courants à l ' époque de Mahomet, précise - t - il.

Conscient qu’ " on ne peut pas changer la mauvaise image de l ' islam avec un seul film ", Majid Majidi indique que " Mahomet " aura une suite. Mais les autres productions ne seront pas " nécessairement réalisées par moi - même ", affirme - t - il, invitant " tous les cinéastes musulmans " à suivre la voie.

Avec AFP