Par Abdel B. Atwan
Le gouvernement turc a obtenu au cours de la réunion extraordinaire de l ' Otan convoquée à Bruxelles le soutien politique officiel de l ' alliance à sa soi disant guerre contre D ' achat en Irak et Syrie.
***
Mais Erdoğan veut plus le soutien militaire de l ' Otan. Car il dit que so pays à été pris pour cible et que par conséquent il a le droit de se défendre. Erdoğan sait probablement que la Turquie est en danger. On ne sait de quelle attaque Erdoğan parle: celle du PKK ou celle de Daech contre les kurdes de Suruc laquelle a fait 32 morts. L ' implication de Daech dans l ' attentat de Suruc est entouré d ' un hallo d ' incertitude. au contraire à son habitude, Daech s ' est refusé à le revendiquer. Seul Le PM turc confirme le rôle de Daech dans cette attaque. et c ' est bizarre! Depuis 4 ans en effet, les terroristes ta firms ne tarissent pas d ' éloge à l ' endroit d ' Ankara. La Turquie a trafiqué des milliers de jihadistes vers la Turquie. des milliards de dollars ont été transférés via les banques turques et cette générosité turque a profité pareillement aux rebelles modérés et extrémiste. La plus grosse erreur d ' Erdogan aura été en effet sa fausse évaluation de vraies capacités de ses ennemis à savoir le régime syrien et de ses alliés bien que Daech, al Nora et Ah rare al Charm aient pu occuper quelques localités syriennes à l ' aide du triangle Turquie / Qatar / Arabie. le cas us belle lancé par Ankara à Daech sous prétexte que ce dernier est une menace pour l ' Europe, les États Unis suscite ainsi de nombreuses questions sur les vraies intentions d ' Ankara. Erdoğan vient de s ' engager de force dans la guerre contre Daech non pas pour combattre le terrorisme mais dans l ' espoir de s ' approprier le soutien us / otan dans sa guerre contre le PKK. Une organisation que la Turquie a placée depuis 40 ans en tête des organisations terroristes. Ankara veut aussi que les États Unis et l ' Otan combattent les kurdes syriens qui se battent en ce moment contre Daech à Kobani. Après 15 ans de quiétude, de sécurité et de paix la Turquie glisse vers deux guerres qui la placent contre des sunnites très dures: des kurdes qui totalisent une population de 18 millions de personnes et des firmes de Daech dont la brutalité ne connaît aucune limite. La victoire dans ces deux guerre ou dans l ' une des deux reviendrait trop chère en termes financiers et humains et demanderait du temps. Et ce alors que le taux de croissance en Turquie vient de tomber de 7% à 3% et que la crise de gouvernance se complique de jour en jour avec une coalition au pouvoir des plus fragiles. Par ailleurs on entend de plus en plus les américains dire qu ' en l ' absence de Assai, Daech arriverait au pouvoir en Syrie. Comme ce qui s ' est produit en Libye et en Irak et si ces rumeurs selon lesquelles les États Unis seraient entrés en contact avec les Russes pour leur faire part de leur souhait de voir Assad rester au pouvoir s ' avèrent vraies, il faudrait dire que la Turquie est le grand perdant dans toute cette affaire. Car Erdoğan a mis tous ses oeufs dans le seul panier syrien. il a tout misé sur la chute d ' Assad. et puis ces rumeurs pourraient effectivement vraies en ce qui concerne le quitus US à Assad car il y a peu Poutine a mis en avant un plan de sortie de crise impliquant la Turquie; l ' Arabie saoudite, la Syrie et la Jordanie. nous ne voulons effectivement pas jouer le rôle de mauvaise augure mais la réalité est que le plan du démembrement de la région s ' approche peu à peu de la Turquie, une Turquie qui se croyait le bastion imprenable, impénétrable à toutes les menaces. une Turquie qui a tout fait pour démembrer l ' Irak et la Syrie à l ' aide des groupes armés. le virus frappe la Turquie et il se peut qu ' il contamine aussi l ' Arabie saoudite Erdogan se trouve dans un réel imbroglio.. il se noie peu à peu dans les sables syriennes alors qu ' il faudrait qu ' il se batte à la fois contre les kurdes et Daech.