Née en 2011, dès le début de la guerre que subit la Syrie voilà maintenant plus de quatre ans, Syria Charity est l’une des rares organisations non gouvernementales(ONG) à intervenir à l’intérieur même du pays. Pour le Ramadan 2015, elle relève le défi d’offrir 1 million de repas de rupture du jeûne(iftar).

Depuis plus de quatre ans que le conflit a commencé, la Syrie est le pays qui vit la deuxième crise humanitaire la plus grave du XXIe siècle. «Aujourd’hui, plus de 220 000 Syriens ont été tués et plus d’un million ont été blessés. Environ 7,6 millions de personnes ont été déplacées à l’intérieur du pays et plus de 4 millions ont fui au - delà des frontières. Et la violence continue en toute impunité», déclarait Stephen O’Brien, secrétaire général adjoint aux affaires humanitaires et coordonnateur des secours d’urgence de l’ONU, à l’occasion d’une réunion du Conseil de sécurité des Nations Unies sur la situation en Syrie, le 29 juin. Au cours de ces derniers mois, la population civile n’a cessé d’être prise en étau entre les différentes factions armées, qui n’hésitent pas à utiliser des engins explosifs à l’intérieur des villes densément peuplées ou à bombarder les infrastructures, y compris les établissements médicaux. «La situation est plus qu’alarmante», prévient Syria Charity(anciennement Ligue humanitaire Pour une Syrie libre), l’association de loi 1901 créée en France en 2011 et qui est l’une des rares à venir en aide à l’intérieur même du pays. Ses 19 bureaux implantés dans les régions d’Alep, d’Idlib et de Hamas lui permettent ainsi d’être au plus près des populations.
En mars dernier, Syria Charity a même inauguré un hôpital - maternité, situé à la frontière turco - syrienne, le plus grand du nord de la Syrie. Avec une équipe d’une vingtaine de médecins, l’acheminement d’équipement médical et l’ouverture de deux salles d’opérations, Syria Charity compte à son actif des consultations en gynécologie - obstétrique(1 000 personnes par mois), des consultations pédiatriques(750 personnes par mois), 200 naissances par mois et une cinquantaine d’opérations chirurgicales par mois. «Nous sommes une association 100 % humanitaire et nous n’avons rien à voir avec un quelconque groupe. Notre but est d’apporter des aides alimentaires et médicales aux plus démunis en Syrie et aux victimes de ce triste conflit», affirme le président de Syria Charity. Forte du succès de l’opération Ramadan de l’an passé, Syria Charity mobilise de nouveau ses troupes et sollicite ses donateurs. Objectif: 1 million de repas à servir durant le Ramadan 2015. «L’an dernier, la campagne Ramadan a permis de collecter 50 000 €, servant à la distribution de repas cuisinés pour la rupture du jeûne. 300 000 personnes ont été nourries durant le Ramadan 2014.» Seize cuisines sont ainsi réparties sur le territoire et s’activent quotidiennement.
Proximité avec les bénéficiaires, proximité avec les donateurs. L’association ne manque pas de communiquer régulièrement sur les réseaux sociaux. «Par souci de transparence et d’honnêteté, nous publions des dizaines de photos de nos distributions d’aides humanitaires sur notre fil d’actualité Facebook et notre site Web www. syriacharity. org afin que chacun puisse voir la force des dons.» Membre fondateur de Syria Relief Network, qui regroupe un ensemble d’ONG œuvrant pour la Syrie, Syria Charity a été reconnue d’intérêt général en 2014. Ses donateurs bénéficient ainsi d’une réduction fiscale à hauteur de 66 % du montant des dons annuels, dans la limite de 20 % du revenu imposable. Un don de 100 € ne coûte en final que 33 € au donateur. Pour la campagne Ramadan, «donner 10 euros permet de nourrir 10 personnes», fait remarquer l’association. Une somme modique qu’on n’hésitera pas à multiplier largement ‒ qu’il s’agisse de financer l’aide alimentaire et médicale, de verser la zakât al - Fitr(aumône de fin du mois de jeûne) ou encore la zakât al - maal(troisième pilier de l’islam) ‒ durant ce mois de Ramadan, synonyme de partage, d’entraide et de solidarité.