Par Yahia Gouasmi, Président du Parti Anti Sioniste

Depuis le début du conflit en Syrie en mars 2011, une campagne médiatique mensongère a été dirigée contre le régime syrien, et la communauté internationale a encouragé l ' opposition syrienne à boycotter les appels au dialogue. Présentée par son leader comme pacifique, apolitique, anti - communautaire et ouverte à tous les Syriens, l’opposition syrienne était, en réalité, aux antipodes de cette définition.

***

Le colonel Ryad el - Assaad, chef de la prétendue «armée syrienne libre» déclarait, en janvier 2012: «Nous ne pouvons pas renverser Bachar al - Assad par des manifestations pacifiques, c’est pourquoi nous allons le forcer à quitter le pouvoir par les armes.[…]Nous allons poursuivre le combat jusqu’à la chute du régime!» Le 2 mars 2012, c’est son conseiller politique qui, dans un mail adressé à l’ambassade de Turquie, demandait «d’approvisionner l’ASL en armements pour contrôler d’importants pans de la Syrie et y instaurer un Etat communautaire!».

Le colonel Ryad el - Assaad n’est plus en fonction et l’ASL n’existe presque plus aujourd’hui, mais elle a cédé sa place à DAESH, ce pseudo «Etat islamique».

Dès 2012, les officiers des services de renseignements américains(CIA), français, britanniques, saoudiens et turcs ont entraîné plus de 6000 mercenaires étrangers issus du Maghreb, d’Egypte, de Turquie et d’Arabie Saoudite. Ils leur ont appris à utiliser les systèmes de communication cryptés et à manier les armes depuis la base secrète d’Adana(sud de la Turquie) installée par la Turquie, l’Arabie Saoudite et le Qatar. Ces mercenaires se sont emparés des villages et des quartiers des villes et ont rapidement constitué un Etat dans l’Etat syrien.

Aujourd’hui, les Etats - Unis et leurs alliés sont dépassés par le développement de DAESH alors qu’ils en sont à l’origine! Leur objectif central lorsqu’ils ont créé le groupe terroriste, à savoir la chute du régime de Bachar al - Assad, n’a pas été réalisé.

Devant cet échec, les Etats - Unis ont décidé de créer un groupe de «militants modérés» pour contrer les terroristes de DAESH. Des fonctionnaires du Pentagone ont déclaré, le 29 juin 2015, que «des militaires américains formaient des militants modérés pour contrer les Takfiris de DAESH». L’initiative frise le ridicule; en effet, seules deux options s’offrent à ces «militants modérés»: mourir des mains des terroristes ou venir grossir les rangs de DAESH.

Les Etats - Unis ne veulent pas admettre que la seule façon de venir à bout de ce cancer qu’est DAESH, est de soutenir ceux qui les combattent sur le terrain: la Syrie, le Hezbollah et l’Iran.

C’est d’ailleurs dans ce sens que les discussions ont été menées entre le ministre syrien des Affaires étrangères Walid Mouallem et le président russe Vladimir Poutine. Lors de leur rencontre à Moscou le 29 juin 2015, les deux ont reconnu la nécessité de créer une coalition régionale internationale pour la lutte antiterroriste. Sergueï Lavrov a affirmé que «tous les pays, y compris les Etats - Unis, sont d’accord sur le point que le règlement de la crise en Syrie est politique.»

Il reste à savoir de quelle manière ceux qui hier, conspiraient contre la Syrie, formaient et finançaient les terroristes, contribuant à l’effusion de sang du peuple syrien, vont pouvoir former une alliance avec la Syrie pour contrer le terrorisme.

Le Parti Anti Sioniste encourage une telle démarche. Il encourage aussi les différentes composantes politiques syriennes, gouvernement et opposition, à s’asseoir à la table des négociations pour mettre enfin un terme à l’effusion de sang. Ce n’est plus seulement la Syrie, mais toute la région qui est menacée.