Chacun connaît les raisons invoquées par le pouvoir «socialiste»(ou plutôt le prétexte), du refus français de livrer à leur destinataire les deux frégates commandées par la Russie: l’intervention militaire dans le Donbass – démentie par Moscou – en soutien au soulèvement de la population de cette région russophone de l’est ukrainien, malmenée par les autorités de Kiev.
«Motif hautement moral», prétendent le gouvernement et ses chiens de garde, les médias, «le commerce ne doit pas prendre le pas sur les principes». Au risque que cette morale - là nous coûte 2 milliards d‘euros pour non exécution d’un contrat, Principe érigé en règle d’or à l’ère du marché libre et non faussé. Mais revenons sur la raison invoquée. François Hollande, Manuel Valls et Laurent Fabius se drapent donc dans la morale vertueuse: « Comment livrer des vaisseaux militaires(même si ceux - ci lui appartiennent en fait), à un Etat agresseur?». Qui renierait une telle position? Qui? Mais le président de la République lui - même et son gouvernement! Ne vient - il pas de vendre 24 Rafales au Qatar qui cache à peine ses livraisons d’armes aux mercenaires de l’Etat islamique, menaçant aujourd’hui de réduire en cendres Palmyre et ses merveilles architecturales millénaires, après celles d’Irak, il y a peu de temps… Et on attend toujours de la part de François Hollande une mise en garde sévère à l’Arabie saoudite, qui le plus officiellement du monde, intervient militairement au Yémen, bombardant sauvagement Sanaa, sa capitale, des centaines et des centaines de victimes civiles à la clef. Raisons invoquée par le roi d’Arabie: il vient au secours d’un président chassé par son peuple!Personne ne prétend, même dans nos médias pourtant peu scrupuleux en matière d’information, que Valdimir Poutine ait envoyé ses bombardiers pour raser Kiev…Comme on le voit ce qui est juste sur les bords du Don ne l’est plus dans le désert arabique…Car, le gouvernement PS et son président comptent bien livrer au plus vite des Rafales au potentat saoudien! Ainsi va la morale hollandaise, elle est comme la sauce, elle se tourne comme les moulins du plat pays. Mais, gare à la météo politique: on signale du grand vent de Mistral en Rafale …
Par: Jean Lévy