L’objectif de Washington est complètement clair la destruction de l’Irak qui en tant que puissance arabe est en mesure de combattre l’autorité d’Israël et marquer un autre sort qui est le contraire de celui envisagé par les Etats - Unis et les Sionistes!
Mokarram Mohammad Ahmad, écrivain, journaliste et ancien député du Parlement égyptien en 2007 et l’analyste du journal " Al - Ahram " a écrit dans un article: «Au lieu de corriger ses erreurs mortels en Irak, Washington a l’intention de commettre une autre erreur plus dangereuse. Son obstination à armer les Peshmergas kurdes afin de déclarer le Kurdistan irakien comme un Etat indépendant, serait l ' irréparable!». La guerre des Etats - Unis contre l’Irak a détruit le pays ainsi que son armée, sa sécurité, son gouvernement et tous les instruments du gouvernement central à Bagdad, pour que l’Irak se transforme en une scène de révolte et d’insurrection, coûtant la vie, depuis le déclenchement de l’intervention américaine en Irak, à un million de personnes. Bien que Washington ait promis de faire monter au pouvoir un gouvernement unique et uni, respectant les droits des sunnites, chiites et kurdes qui bénéficieront tous des droits civiques égaux, les Etats - Unis s ' intéressent de façon sans précédent, à une ethnie irakienne, afin que leur impartialité soit entièrement éliminée. Ils ont fait semblant d’être amis avec une quelconque tribu particulière, détruisant l’image arabe de l’Irak. Malheureusement, Washington a encore franchi un autre pas et en toute insolence, il vise à armer le Kurdistan irakien, sans tenir compte du gouvernement central à Bagdad et pour cela il ne cache pas son intention de vouloir reconnaître un Kurdistan indépendant. Car, dans ce cas, il pourra louer ses deux grandes bases militaires dans le nord de l’Irak avec le feu vert des Kurdes et cette question donnera un coup accélérateur au démembrement et à l’implosion de l’Irak, surtout que de l’avis de Washington, ce serait bien d’armer, en suivant la même procédure, les tribus sunnites dans les provinces de Diyala, Salaheddine et Ramadi, à l’insu du gouvernement central à Bagdad. Le journaliste Mokarram Mohammad Ahmad a dit ne pas comprendre la raison de cette démarche américaine dans une période si dangereuse où la ville de Mossoul n’a pas encore été libérée du joug des terroristes de Daech. «Il est vrai qu’en cas d’accès aux armes made in US, les Peshmergas seront plus forts et puissants, mais simultanément, l’Irak perdra son nord à peuplement kurde ou bien il sera divisé en trois petits pays, un pays chiite dans le Sud, un pays sunnite dans le Centre qui sera, d’ailleurs, le plus pauvre et le plus mal - payé, et un troisième pays kurde dans le Nord! Nous pouvons deviner que ce sont les chiites irakiens qui devront assumer une partie de la responsabilité de cette destinée funeste qui consiste à l’imposition aux Irakiens, de la volonté des Etats - Unis et du régime sioniste sans avoir consulté les plus concernés. C’est peut - être pour cette même raison que l’éminente source d’imitation chiite d’Irak, l ' Ayatollah Seyyed Ali Sistani rejette catégoriquement la séparation du Kurdistan de l’Irak comme un pays indépendant. Ce faisant, Iyad Alaoui, vice - président irakien a aussi rejeté d’adoption d’une telle approche envers les tribus sunnites dans le Centre de l’Irak. Malheureusement, les Arabes qui s’engouffrent jusqu’au fond dans la crise du Yémen, n’ont d’autres choix que d’admettre la nouvelle réalité et ils sont contraints de regarder en simples témoins comment l’Irak s’implose devant leurs yeux.