Depuis l ' invasion et la destruction de l ' Irak, par les Etats - Unis, en mars 2003, le Moyen - Orient se trouve plongé dans un inconcevable chaos. De la sorte, plusieurs guerres parallèles ou croisées s ' y déroulent, alimentées par les ambitions des uns, les menées des autres.
L ' Irak fait, toujours, face aux affres de la guerre, depuis ce fatidique 21 mars 2003, la Syrie est à feu et à sang, depuis quatre ans, conséquence directe d ' un présumé «printemps arabe»; le Yémen est sous la coupe d ' apprentis impérialistes - sous - traitants, pour des commanditaires évidents - qui occasionnent d ' autres morts et destructions. Un général saoudien aurait - aux sollicitations des ONG internationales réclamant une pause humanitaire, au Yémen - répondu qu ' il n ' avait pas de temps à perdre avec ces «futilités»; il a «une guerre à mener». Qu ' y a - t - il, en effet, de plus facile que de semer la mort et la désolation, à partir du ciel? Déjà, pénible, la situation est, désormais, inextricable, dans cette région. Cette déstabilisation plurielle du Monde arabe - avec le concours des armées arabes - est exécutée, au profit de qui? Même si la réponse peut paraître évidente - on peut, ainsi, avancer que les Etats - Unis et Israël tirent tous avantage de cette détérioration de la situation, au Moyen - Orient - reste ce fait: que veut l ' Arabie saoudite, qui s ' est, pleinement, engagée, dans un engrenage à hauts risques. Il ne faut pas s ' y tromper, c ' est bien Riyadh, qui a imposé cette belligérance et est l ' initiatrice de cette improbable «coalition» - formée des monarchies du Golfe,(moins le Sultanat d ' Oman), soutenues par la Jordanie, l ' Egypte, le Maroc et le Soudan - partie, dans une guerre contre les moulins à vent. Notons que le Sénégal, à la demande de Riyadh, a envoyé, mardi, un détachement de 2.100 militaires, en Arabie saoudite. Si l ' on se réfère au plan états - unien de morcellement dudit Monde arabe - l ' Arabie saoudite, elle - même, n ' y échapperait pas - en petits Etats confessionnels et ethniques, la position de Riyadh apparaît, dès lors, plus qu ' intrigante, suicidaire, voire, criminelle. Les guerres, en Syrie et en Irak - qui avaient, déjà, un relent ethnique et confessionnel - se sont, ainsi, propagées au Yémen, où des pays sunnites - menés par un Wahhabisme rétrograde - s ' attaquent, de front, aux Chiites yéménites. Cela donne l ' impression que les Sunnites musulmans seraient en guerre contre les Chiites musulmans. Opposer, ainsi, artificiellement, les Musulmans entre eux - notons le curieux souci de précision des médias internationaux, qui ne manquent pas de faire la distinction entre les divers groupes et sous - groupes chiites et sunnites, insistant, lourdement, sur ces deux branches de l ' Islam, que l ' on présente comme d ' irréductibles antagonistes - est - ce innocent? Sommes - nous face à une guerre de religion d ' un autre âge? Est - ce la réalité? Nous en doutons, d ' autant plus que cette donne - préparée de longue main - ne correspond en rien aux intérêts des Musulmans, de quelque obédience qu ' ils se réclament. De fait, la guerre que l ' Arabie saoudite a entreprise contre les Chiites yéménites est perçue comme une préparation au vrai conflit avec… l ' Iran - profondeur stratégique du Monde arabo - musulman - supposé ennemi principal du Royaume wahhabite. Aussi, l ' équivoque demeure: au profit de qui la guerre, au Yémen, a - t - elle été fomentée? Ainsi, l ' Arabie saoudite, qui a initié et soutenu la rébellion, en Syrie - apportant une aide multiforme aux Jihadistes d ' Al - Nosra, filiale syrienne d ' Al - Qaïda - aura, singulièrement, tiré les marrons du feu, pour les Etats - Unis et Israël. Aussi, pendant que le monde a les yeux braqués sur le «spectacle» des guerres fratricides interarabes, l ' Etat hébreu poursuit, tranquillement, la judaïsation et la reconfiguration de la Palestine occupée. Est - ce cela le résultat attendu par les maîtres d ' oeuvre de la déstructuration dudit Monde arabe, dans laquelle le Royaume wahhabite joue un rôle de premier plan? La question se pose, aussi, de savoir quel a été le rôle de l ' Arabie saoudite, dans la division des ethnies et des confessions moyen - orientales, qui ont vécu, jusqu ' ici, en bonne entente? Or, l ' Arabie saoudite, dont la responsabilité est, totalement, engagée, dans les clivages apparus entre Musulmans,(chiites et sunnites), voit se retourner contre elle l ' autoproclamé «Etat islamique»,(EI), dont les agissements de Riyadh ne sont pas pour peu, dans son avènement. Notons que l ' EI, qui occupe une partie des territoires syrien et irakien, n ' a pas caché sa volonté de libérer… les Lieux saints de l ' Islam, ayant, désormais, une frontière de 400 km avec… l ' Arabie saoudite. A quel jeu jouent, au final, les Al - Saoud, qui ont mis, avec l ' appui des Etats - Unis, le Monde dit «arabe» sens dessus - dessous et à feu et à sang. Pour quels profits?
Par: Karim Mohen