Alors que le gouvernement central et l’opinion publique irakiens condamnent le plan du Congrès US d ' armerles Kurdes et les Sunnites sans l’autorisation de Bagdad, Massoud Barzani négocie avec les autorités américaines à Washington.
Le bureau de Massoud Barzani, président de la région autonome du Kurdistan irakien, a publié dimanche soir un communiqué pour annoncer que Barzani et ses conseillers, ont voyagé à Washington pour s’entretenir avec les responsables américains de la livraison d’armes lourdes et d’équipements militaires sophistiqués aux Peshmergas kurdes, sans attendre l’autorisation du gouvernement central de Bagdad. Les efforts de Massoud Barzani dans ce sens, et le soutien de l ' administration Obama au plan proposé par le Congrès, soulèvent des questions au sujet de la nature du rôle que les Etats - Unis veulent jouer dans les évolutions intérieures de l’Irak. L’affaire semble prendre une dimension plus importante, étant donné que Massoud Barzani veut évoquer de nouveau la question de la création d’un Etat kurde, lors de sa visite à Washington. La question de la proclamation d’un Etat kurde avait été provisoirement oubliée en 2014, après la vaste attaque des terroristes de Daesh contre l’Irak, notamment le nord et l’ouest du pays, ainsi que les régions de population kurde. En Irak, le plan du Congrès des Etats - Unis pour livrer des armes aux Kurdes et aux tribus sunnites, sans aucune coordination avec le gouvernement central de Bagdad, est considéré comme contraire au traité de sécurité irako - américain et aux lois approuvées par le Parlement irakien qui précise explicitement que l’armement des forces kurdes et des tribus sunnites doit être réalisé uniquement par le gouvernement central. Au cas de l’approbation de ce plan au Congrès des Etats - Unis, le gouvernement américain aura le droit de livrer des armes et des équipements militaires aux régions irakiennes sans en demander l’avis à Bagdad. Mais en Irak, cela signifie la violation de la Constitution, d’autant plus que l’application de ce plan par les Etats - Unis risque de transformer les différentes régions irakiennes en zones contrôlées chacune par une milice armée. Dans un pays comme l’Irak où l’ordre social repose en grande partie sur le système tribal, cette militarisation, au niveau des régions, peut conduire le pays vers la division. Se souvenant des interventions destructrices des Américains dans leurs affaires intérieures, les Irakiens s’opposent majoritairement au plan de la livraison d’armes aux groupes irakiens par les Etats - Unis, et estiment que la seule voie qui existe pour protéger l’unité et l’intégrité territoriale de leur pays, passe par le renforcement de la souveraineté nationale, en s’appuyant uniquement sur les forces et les moyens internes du pays.