Simultanément à la visite du Secrétaire du Conseil suprême de la sécurité nationale iranienne à Moscou, le président Vladimir Poutine a signé un décret pour lever l’interdiction de la vente des missiles défensifs sol - air S - 300 à l’Iran.
Selon l’agence de presse russe Interfax, le président Vladimir Poutine a levé aussi l’interdiction du transfert des missiles S - 300 en Iran par les navires ou les avions portant le drapeau russe. Un contrat de 800 millions de dollars avait été signé en 2007 par l’Iran et la Russie pour la vente des missiles défensifs S - 300. Mais en 2010, Dimitri Medvedev, alors Président russe, a suspendu l’application du contrat en raison de l’opposition des Etats - Unis et du régime sioniste. En réaction à la décision de Moscou, l’Iran a apposé une plainte internationale contre la Russie et a exigé la réalisation du contrat des S - 300. L’argument de l’Iran était clair et simple, le système S - 300 est une arme défensive et ne faisait pas l’objet des sanctions imposées à l’Iran par l’ONU, en raison de son programme nucléaire civil.
Le système S - 300 est l’une des armes les plus avancées de la défense anti - aérienne dans le monde. S - 300 est capable d’intercepter simultanément 100 cibles dans le ciel. Ces missiles ont une portée de 195 à 300 Km et peuvent toucher les avions et les missiles croisière ennemis jusqu’à une altitude de 27 km. Après la levée de l’interdiction de la vente des missiles S - 300 à l’Iran par le président Vladimir Poutine, le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov a déclaré aux journalistes que Moscou a pris volontairement cette décision qui n’est aucunement une menace contre aucun pays. Lavrov a rappelé l’accord - cadre nucléaire entre l’Iran et les 5 + 1 à Lausanne en Suisse, avant de conclure que Moscou estime qu’il n’est plus nécessaire de garder le contrat des S - 300 en suspension. Le chef de la diplomatie russe a ajouté que c’est la logique de la déclaration de Lausanne que la Russie a décidé d’appliquer le contrat de la vente des missiles S - 300 à l’Iran. Il a rappelé que la résolution 1929 et les autres résolutions du Conseil de sécurité n’imposaient d’ailleurs aucune restriction à la vente d’armements défensifs à la République islamique d’Iran. Les autorités iraniennes ont salué la décision du président Vladimir Poutine. Le Secrétaire du Conseil suprême de la sécurité nationale iranienne, Ali Chamkhani, actuellement en visite à Moscou, a déclaré lundi que la diplomatie iranienne pour établir la stabilité dans la région et dans le monde, a été un élément décisif pour convaincre la Russie à lever l’interdiction sur la vente des missiles S - 300 à l’Iran. De son côté, le ministre iranien de la Défense, le général de brigade Hossein Dehqan, a déclaré lundi soir que la décision du président Poutine était un signe de la volonté politique des dirigeants iraniens et russes à développer leurs partenariats dans tous les domaines. Le ministre de la Défense a ajouté que les menaces extrarégionales et la propagation inquiétante du terrorisme au Moyen - Orient rendent nécessaires le développement et l’approfondissement de la coopération irano - russe dans tous les domaines, notamment en matière de la défense.