L’attitude de Benjamin Netanyahu, dans le dossier du nucléaire iranien, « pourrait se retourner contre lui», a déclaré Dianne Feinstein, sénatrice démocrate de Californie. «Je souhaite qu ' il[Netanyahu, ndlr]se contienne parce qu ' il n’a pas proposé de véritable alternative; lors de son discours devant le Congrès, pas de véritable alternative et depuis, pas de véritable alternative, non plus», a ajouté la sénatrice. Un accord - cadre historique a été conclu entre l ' Iran et le groupe des 5 + 1(Etats - Unis, Grande - Bretagne, France, Chine, Russie et Allemagne), à Lausanne, le 02 avril 2015. Les deux parties ont publié une déclaration commune après huit jours de négociations nucléaires en Suisse. Ils vont maintenant travailler à l’élaboration d’un accord final prévu le 30 juin. Benjamin Netanyahu avait critiqué l ' accord - cadre et le décrivait comme une menace à la survie d ' Israël! La sénatrice démocrate a rejeté les allégations du Premier ministre israélien: «je ne pense pas qu ' il soit utile pour Israël de s’opposer à cette occasion unique de changer une dynamique majeure qui est en déclin —une dynamique en déclin dans cette partie du monde», a précisé Dianne Feinstein. «C’est le meilleur accord, franchement. Je pensais pas qu ' il serait conclu», a ajouté la sénatrice. Pour sa part, le président Barack Obama a déclaré que la diplomatie était la meilleure option avec l ' Iran, lors de son allocution hebdomadaire, le 04 avril. Il a ajouté qu ' il s’attendait à un «débat costaud» aux Etats - Unis, pour gagner les plus sceptiques à l ' accord - cadre sur le nucléaire. Pour le président iranien Hassan Rohani, un accord global pourrait ouvrir «une nouvelle page» dans les relations de la communauté internationale avec l’Iran «mise au ban des nations depuis plusieurs années: de nouvelles coopérations avec le monde, dans le secteur du nucléaire et dans d ' autres secteurs» sont possibles.Le Premier ministre israélien et son lobby au Congrès américain ont échoué. C’est l’Iran qui sort vainqueur dans le dossier nucléaire, après plus de dix - huit mois de négociations difficiles.