Le premier ministre du régime sioniste, Benjamin Netanyahou, a tenu son discours devant le Congrès américain, un discours qui, avait - il reconnu lui - même, serait controversé.
A deux semaines des élections législatives dans les territoires occupés, le président américain, Barack Obama, a refusé d ' accueillir le premier ministre israélien et dans un message clair faisant part de son opposition au discours de Netanyahou, il s ' est abstenu de le suivre et a lu seulement le texte. Durant le discours de Netanyahou devant le Congrès, Obama s ' est entretenu avec les dirigeants européens et une cinquantaine de démocrates congressistes, ont, dans une déclaration annoncée, boycotté le discours du premier ministre israélien. Certains sont d ' avis que ce discours a eu un avantage réciproque à la fois pour les Républicains du Congrès et le premier ministre du régime sioniste. Il aurait représenté une occasion pour les Républicains de se servir de Netanyahou contre le président démocrate et une occasion pour le premier ministre extrémiste du régime sioniste de poursuivre sa campagne de désinformation contre le programme nucléaire iranien, et cela dans les conditions où la conclusion d ' un accord nucléaire définitif, semblerait probable dans l ' optique de certains observateurs. La question principale est de savoir ce que Netanyahou avait à dire en se livrant à tant de tapages. Qu ' a - t - il dit de nouveau? On pourrait résumer ainsi, en quelques phrases le discours du chef de file du Likouk israélien: 1 - la présentation du Congrès en tant que principale instance de législation dans le monde, 2 - reconnaître les tentatives entreprises par Obama en faveur d ' Israël. En le faisant, Netanyahou a pratiquement prouvé n ' avoir aucune divergence de vue stratégique avec l ' administration Obama et que tout leur différend se résumait dans les tactiques. Netanyahou a surtout remercié Obama pour le développement des systèmes de défense balistiques, affirmant qu ' il ne pouvait pas détailler la plupart des aides d ' Obama à son régime, mais qu ' il en était bien conscient. 3 - Iranophobie: la majeure partie du discours de Netanyahou était consacrée à vrai dire à l ' iranophobie. 4 - Inquiétude quant à la coopération de l ' Iran dans la lutte contre Daech: Netanyahou sait lui - même que l ' Iran n ' accompagne pas les Etats - Unis dans lutte contre Daesh, mais coopère avec ses alliés régionaux. 5 - Juger inefficace un accord nucléaire avec l ' Iran: du point de vue du Premier ministre israélien, pour deux raisons, un éventuel accord entre l ' Iran et le groupe des 5 + 1 est inefficace: primo, cet accord ne détruirait pas les infrastructures nucléaires de l ' Iran et secundo, les inspecteurs de l ' Agence internationale de l ' énergie atomique, AIEA, pourraient seulement enregistrer les infractions et non pas les prévenir. Par ailleurs, avec l ' étape finale de l ' accord avec l ' Iran, ce pays n ' aurait plus aucune restriction dans son programme nucléaire et serait capable, selon Netanyahou, de produire de l ' arme atomique. 6 - Inquiétude quant à l ' influence grandissante de l ' Iran dans la région. de l ' avis de Netanyahou, 4 capitales arabes sont actuellement sous l ' emprise de l ' Iran et si les sanctions contre ce pays sont levées, plus de pays se placeraient dans la sphère d ' influence iranienne. Et pour tirer une conclusion de la teneur du discours de Netanyahou, il n ' en sort que des allégations répétitives. Et l ' objectif serait le même: " Ne faites pas confiance à l ' Iran ". Et la communauté internationale n ' acceptera certainement pas cette allégation répétitive. Même les ennemis de l ' Iran ont accepté d ' entrer en négociation avec l ' Iran et ils n ' ont d ' autres choix que de le faire. Les allégations mensongères de Netanyahou ont même amené Barack Obama à reconnaître que ces paroles n ' avaient apporté rien de nouveau.