" Le peuple yéménite ne permettra pas qu ' un quelconque pays joue avec l ' avenir de son pays, sa sécurité et sa stabilité ".
C'est en ces termes que le Chef d'Ansarallah, Abdel-Malek al-Houthi, est intervenu, samedi après-midi, au cours de la fête commémorant la victoire de la "volonté populaire", à Sanaa, rappelant que le peuple résistera devant les complots et les comploteurs. Dévoilant le nouveau complot intérieur et extérieur, fomenté contre les Yéménites, Abdel-Malek al-Houthi a annoncé que la déclaration de la nouvelle Constitution du Yémen est un pas historique et responsable, qui a conduit l'époque de la transition vers celle de la coopération. "La Communauté internationale doit procéder à une interaction positive avec le peuple yéménite, au lieu de s'occuper de la publication de communiqués vindicatifs, à l’encontre du Yémen", a rappelé le chef d'Ansarallah, réitérant que les revendications de toute la population du Yémen doivent être prises en compte, car la révolution du Yémen est la révolution de tous les Yéménites, qui souhaitent une nation unifiée. Avec le début de la révolution populaire et la fin du règne d'Ali Abdallah Saleh, l'ère de la transition, sous la présidence de Mansour Hadi, l'adjoint d'Abdallah Saleh, a pris forme. Les Yéménites n'ont pas joué de rôle, dans la formation de cette étape de transition, qui avait été, par contre, conçue par l'Arabie saoudite, pour transférer le pouvoir de Saleh à son adjoint, en contrepartie d'une immunité politique octroyée à Saleh. Pourtant, le mouvement Ansarallah, qui jouait un rôle considérable, dans la perduration de la révolution populaire du Yémen, a pris en main, avec l'aide et l'appui du peuple, le contrôle des centres de corruption et l'infiltration des comploteurs. Avec l'influence accrue d'Ansarallah, le plan de la division du pays en 6 Etats a été avancé, dans le but d'éliminer le mouvement Ansarallah des équations politiques. Pourtant, la vigilance des révolutionnaires a déjoué ce complot, d'autant plus que le Président Mansour Hadi n'a pas pu, non plus, réaliser ce plan, malgré tous les dialogues avec les révolutionnaires, se soldant, finalement, par la conclusion, le 21 septembre 2014, d'un accord de collaboration politique. En tout état de cause, l'entêtement de certains groupes politiques, dont et surtout, le Parti d'Islah, lié à Al-Qaïda, partisan de Mansour Hadi, a conduit Ansarallah à prendre une initiative d'action, dans le cadre des objectifs et idéaux de la révolution et de la préservation des intérêts de tous les Yéménites, pour émettre la déclaration de la nouvelle Constitution. Ainsi, le terrain a été aplani à la reconstruction du Yémen, avec l’unique objectif d’être au service du peuple. Et, sur cette voie, les prises de position passives des Etats-Unis et du Conseil de coopération du golfe Persique ne pourront pas enrayer l'avancée de la révolution populaire du Yémen.