Dans les colonnes de Rai al - Youm, l’article d’Abdel Bari Atwan, « Israël le grand perdant de toute guerre contre le Liban», est un décodage des propos du Secrétaire général du Hezbollah, Seyyed Hassan Nasrallah et des fanfaronnades du Premier ministre du régime sioniste. Il est dit dans l’article en question:
Faisant écho aux dirigeants arabes, Netanyahu ne cesse de répéter cette phrase: il a le droit de répondre n’importe où et n’importe quand. Seyyed Hassan Nasrallah annonce la chute des règles du jeu tandis que le général Jaafari parle de la réponse cinglante de l’Iran. Atwan fait ensuite référence aux propos de Nasrallah pour dire que le Secrétaire général du Hezbollah réaffirme que la Résistance est en mesure de répondre en tout lieu et en tout temps à Israël. L’importance de ces deux discours réside dans le fait qu’ils suivent de près l’attaque du Hezbollah contre un convoi militaire israélien dans les fermes occupées de Chebaa au Liban. Les Israéliens attendaient la riposte du Hezbollah sur les hauteurs du Golan et à Quneitra; or une attaque au sud du Liban, en plein jour et avec une précision indescriptibles, ils ne s’y attendaient pas du tout et ils ont été pris de court. Netanyahu a commis à deux reprises une grosse erreur dans ses calculs: primo lorsqu’il a attaqué le convoi du Hezbollah à Quneitra et lorsqu’il a ensuite présenté ses excuses par l’intermédiaire d’une partie tierce; secundo quand il s’imaginait que la riposte du Hezbollah frappera le Golan, car le 14 mars est contre toute opération militaire depuis le territoire libanais. Il fait maintenant de longues années que l’autorité d’Israël en tant que grande puissance régionale s’est tel un château de carte et que son armée ne fait plus peur, en revanche il a essuyé des échecs cinglants dans la bande de Gaza. Si Netanyahu était vraiment en mesure, il aurait répondu à l’attaque contre Chebaa; il n’aurait même pas hésité un seul instant. La peur d’une défaite militaire qui suivrait ce revers politique, et cela au seuil des Législatives, l’a dissuadé. Israël est tout à fait conscient qu’il sera le grand perdant de toute guerre qui sera déclenchée au sud du Liban, une guerre qui aura des impacts graves pour lui, car le Hezbollah est beaucoup plus en avant que lui sur le terrain et en armement; à cela il faut ajouter les forces de la Résistance palestinienne à Gaza qui interviendront à leur tour dans cette guerre; et dans la foulée ce sera la pluie de missiles qui s’abattra depuis le sud du Liban et de la bande de Gaza sur Tel - Aviv, Haïfa, Jaffa, Al - Majda… Le message de condoléance de Mohamed Al - Zaïf, commandant des brigades Qassam, branche militaire du Hamas à Seyyed Hassan Nasrallah et à l’Iran à propos des martyrs de Quneitra, est un signe de retour du Hamas au Front de la Résistance; d’autant plus qu’il insiste sur le fait que les combattants de la Résistance palestinienne sont prêts à soutenir le Liban dans toute attaque contre Israël. Israël vit ses plus mauvais jours, dans un état d’effroi et de panique de la vengeance des groupes de la Résistance, avec en toile de fond son isolement internationale en raison des crimes qu’il a commis et la colonisation des territoires occupés. La réponse duquel Netanyahu parle, resterait lettre morte et même si elle se réalise, elle se heurtera à la résistance infaillible et à des dizaines de milliers de missiles qui pleuvront sur les colonies israéliennes. Déjà les missiles de la Résistance ont sonné le glas de la belle époque sécuritaire de ces colonies, durant ces 20 dernières années.