Un analyste américano - israélien, célèbre pour ses positions pro - sionistes, s ' est mis, récemment, à critiquer la décision de Benyamin Netanyahu de vouloir prononcer un discours au Congrès américain, contournant la Maison Blanche.

L ' invitation de Netanyahu au Congrès, faite selon la Maison Blanche, à l ' insu du gouvernement, a été acceptée par le Premier ministre du régime sioniste et ce dernier doit prononcer le 3 mars un discours devant les deux chambres. Cette invitation et son acceptation par Tel - Aviv, ont suscité de grandes critiques, à telle enseigne que même les alliés de Netanyahu les ont critiquées. Jeffrey Goldberg, un analyste américano - israélien, célèbre pour ses positions pro - sionistes, a tenu à critiquer cette décision de Benyamin Netanyahu, disant que le fait d ' ignorer la Maison Blanche par " un allié petit et dépendant ", serait lourd de conséquences pour Israël. Au début de cet article paru dans le site internet " The Atlantic ", Goldberg a fait allusion au processus des négociations nucléaires entre l ' Iran et les 5 + 1 et aux positions contradictoires Obama - Netanyahu, soulignant que l ' administration américaine, en s ' appuyant sur l ' opposition de Tel - Aviv aux pourparlers Iran / 5 + 1, a réussi à poursuivre le jeu du " bon flic, mauvais flic ", créant ainsi un consensus contre l ' Iran. Evoquant le fait que la première grande erreur de Netanyahu aurait pu être l ' intervention militaire contre l ' Iran, erreur évitée, probablement, après les avertissements des Etats - Unis contre les conséquences d ' une telle décision, Jeffrey Goldberg s ' est attardé sur les divergences entre Obama et Netanyahu et a écrit: " Dans une telle conjoncture, Benyamin Netanyahu a pris sa deuxième décision grave. Il n ' a pas attaqué l ' Iran, ce qui est une bonne chose, mais il a décidé de détruire ses relations avec Obama. " L ' analyste d ' Altlantic, a affirmé que le Premier ministre du régime sioniste aurait pu travailler, directement, avec Obama, pour faire avancer ses opinions et œuvrer pour le changement de cap du président américain. " Au lieu de ça, il a contourné Obama et s ' est tourné directement vers le Congrès pour s ' opposer à la décision qu ' Obama n ' a pas encore prise ", a écrit Goldberg. Plus loin, il se penche sur les défauts de la décision de Netanyahu, décision qu ' est à l ' origine du non - respect que ressent l ' administration Obama de la part de Netanyahu. Elle est injuste, car, bien qu ' il pousse le Congrès à durcir les sanctions anti - iraniennes, mais encore, il faut savoir que c ' est Obama qui a encore deux ans devant lui et doit définir les modalités de l ' application des sanctions. Selon Goldberg, les démarches injustes de Netanyahu, mettront dans une situation déplorable, la communauté des Juifs des Etats - Unis ayant voté, à deux fois consécutives, à Obama. Dans une autre partie de cet article, cet analyste américano - israélien a écrit: " Il semblerait que Netanyahu s ' imagine n ' avoir qu ' une mission, mais la réalité c ' est que le Premier ministre israélien a deux missions principales à remplir: primo, il doit protéger Israël face au danger qui menace sa survie. Secundo, il doit s ' atteler à avoir de bonnes relations avec le Président et le peuple américains. L ' accès au premier objectif nécessite le succès de la deuxième mission ". L ' auteur de cet article souligne que Netanyahu, par ses gestes injustes, est en train d ' éliminer le soutien " bipartite " à Israël, à l ' intérieur des Etats - Unis, avant de faire allusion à son entretien d ' antan avec un responsable israélien qui avait dit que " Netanyahu avait rayé Obama ". " Je ne comprends pas encore Netanyahu. Il n ' est pas important qu ' un Premier ministre israélien soit contre ou d ' accord avec un Président américain, mais un allié petit et indépendant ne peut rayer un président au pouvoir, sans en avoir subi d ' horribles conséquences ", affirme Jeffrey Goldberg. A la fin de cet article, ce célèbre analyste pro - sioniste a fait allusion à l ' opposition de l ' ancien ambassadeur d ' Israël à

Washington, Michael Oren, au discours de Netanyahu au Congrès américain avant de conclure: " L ' attitude et le récent plan du Premier ministre du régime sioniste montre que ce dernier et son actuel ambassadeur ne savent comment gérer les relations Tel - Aviv / Washington. Netanyahu veut, en cas d ' un accord avec l ' Iran, avoir un rôle dans l ' élaboration de ses articles. Ses récentes démarches témoignent du fait qu ' il ne sait pas exactement ce qu ' il fait. "