Le secrétaire général du Hezbollah a dénoncé, dans son dernière interview, l’accord entre Riyad et Tel - Aviv pour anéantir l’Etat syrien et détruire l’axe de la Résistance.
Tout le monde sait que les dirigeants de l’Arabie saoudite sont particulièrement sensibles aux prises de position du secrétaire général du Hezbollah libanais, Seyed Hassan Nasrallah, en raison des relations étroites qu’il entretient avec le gouvernement de Damas et de son rôle clé dans l’axe de la Résistance. C’est pourquoi Riyad ne peut jamais nier que les décisions que les dirigeants saoudiens prennent au sujet de la crise en Syrie, sont toutes liées à leur vision par rapport au Hezbollah libanais et à la position de son secrétaire général. Cela explique pourquoi les Saoudiens insistent toujours leur condition immuable pour accepter le processus du dialogue politique pour mettre fin à la crise en Syrie: la démission du président syrien Bachar al - Assad avant le début du processus politique. Les positions prises par l’Arabie saoudite au sujet de la crise en Syrie traduisent clairement la vision de Riyad qui veut que le cours des événements prenne toujours le sens qui assurerait l’influence des Saoudiens sur tous les événements et les évolutions de la région du Moyen - Orient. En même temps, on ne peut pas exclure non plus le fait que les prises de positions de l’Arabie saoudite rendent toujours services aux intérêts de Washington dans la région. C’est d’ailleurs le cas non seulement de l’Arabie saoudite mais aussi d’autres monarchies arabes du sud du golfe Persique qui n’ont qu’un seul but commun, c’est - à - dire la conformité de leurs prises de positions avec les intérêts de leur allié américain. Le but final des membres de la famille royale saoudienne est de maintenir leur place à la tête du pouvoir et protéger le trône. C’est cela qui explique, en fait, le comportement des dirigeants saoudiens qui sont parfois de prendre des risques sur le plan économiques pour défendre leurs intérêts géopolitiques. A titre d’exemple, les Saoudiens qui dépendant du pétrole pour 90% de leurs revenus nationaux, ont accepté la demande des Etats - Unis pour réduire le prix du pétrole en augmentant le taux de leur production, afin de pouvoir se servir du pétrole comme un arme contre les pays comme la Russie et l’Iran qui dépendent pourtant moins de revenus pétrolier, par rapport au royaume saoudien. Le but de Riyad, comme Washington, est d’exercer des pressions sur la Russie et l’Iran, pour que ces deux pays donnent des concessions au sujet de la crise en Syrie et le programme nucléaire iranien. Ces positions saoudiennes témoignent aussi de l’existence des accords secrets entre la famille royale saoudienne et le régime sioniste en ce qui concerne le démantèlement de l’axe de la Résistance pour mettre définitivement fin à la question palestinienne. En concluant ces accords avec le régime sioniste, la famille royale saoudienne souhaite pouvoir obtenir des Etats - Unis les garanties nécessaires pour la survie de son pouvoir. Et cela intervient alors que les princes saoudiens semblent entrer dans une guerre de pouvoir au sujet de la succession après le règne du roi actuel Abdallah ben Abdelaziz. La plupart des princes saoudiens estiment que seuls les lobbies pro - israéliens à Washington peuvent faciliter leurs tâches pour obtenir des garanties nécessaires aux dirigeants américains. Les dirigeants saoudiens estiment que le renversement du gouvernement du président syrien Bachar al - Assad serait la condition sine qua non de tout changement politique en Syrie. Ils espèrent que la chute du gouvernement de Damas rendra le terrain propice à la formation d’un nouveau gouvernement proche de Riyad. Un changement majeur à Damas aurait aussi des conséquences non négligeables dans les pays voisins, notamment le Liban et l’Irak où les saoudiens essaient de développer leur influence et affaiblir la position de l’axe de la Résistance. L’effondrement de l’Etat en Syrie et la division de ce pays en plusieurs micro - Etats préparera sans doute la situation à la réalisation du plan général des Etats - Unis et du régime sioniste dans la région. Ces micro - Etats n’auront aucunement la force de défier l’hégémonie américano - sioniste dans la région, et Israël réalisera très facilement son projet de la création de l’Etat juif au Moyen - Orient. En même temps, les dirigeants saoudiens se servent de tous leurs moyens pour exercer leurs pressions afin d’entraver la tenue de la conférence de Moscou pour trouver une solution diplomatique pour la crise syrienne par le biais d’un dialogue entre le gouvernement de Damas et les représentants des groupes opposants syriens. L’un des buts de cette politiques saoudienne est d’empêcher l’affaiblissement et l’isolement politiques des groupes terroristes comme Daech, le Front al - Nosra et les autres organisations terroristes liés à al - Qaïda.